Remarqué en France à l’émission Nouvelle Star, concours où il a été finaliste en 2017, Yadam a lancé l’hiver dernier un « micro album » de huit chansons désormais offert sous nos latitudes. Il s’agit en fait d’une édition augmentée de son mini-album Safeplace, paru en février 2020, juste avant la pandémie.

Alexandre Vigneault
Alexandre Vigneault La Presse

Cette « Safer Edition » de son disque de l’an dernier compte trois morceaux de plus : Nada Es Seguro, WWYE et Que Hago Si Se Cae Todo ? Trois morceaux dont les titres ne disent pas que ce jeune chanteur né au Venezuela décline sa sensibilité à fleur de peau dans sa langue maternelle, mais aussi en anglais et en français.

Yadam déploie sa voix haut perchée, gorgée de mélancolie et de romantisme, sur des tapisseries surtout tissées à l’aide d’instruments électroniques. Il façonne ainsi de jolis contrastes entre son chant, plutôt ample, et ses musiques le plus souvent douces, mais tout de même axées sur les rythmes.

L’attrait des chansons de Yadam repose surtout sur ce délicat équilibre et la franchise avec laquelle il décline ses sentiments (« Je ne suis peut-être pas fait pour la forme de tes bras », chante-t-il). Sa manière évoque James Blake – dont il revendique l’influence, d’ailleurs –, mais le jeune Vénézuélien adopte un ton globalement plus pop, presque mielleux parfois.

Ces légers excès de sentimentalisme se corrigeront peut-être avec la maturité. Safeplace demeure une œuvre de jeunesse impressionnante.

0:00
 
0:00
 
Safeplace – Safer Edition

Pop

Safeplace – Safer Edition

Yadam

CCS4AM