Redevenu trio, le groupe montréalais Half Moon Run vient de sortir un premier album post-pandémie, Inwards & Onwards, EP de six chansons qui ressemble à un nouveau départ.

Josée Lapointe
Josée Lapointe La Presse

« Inwards, c’est l’idée de regarder à l’intérieur de soi. Onwards a rapport avec le mouvement, passer à autre chose », nous explique en français le batteur Dylan Phillips, à propos du titre de l’album.

Et c’est exactement ce qu’ont fait les trois membres de Half Moon Run : après la pause forcée de la pandémie et le départ de leur comparse multi-instrumentiste Isaac Symonds en mai 2020, ils ont entrepris une longue introspection.

« On a perdu tous nos shows, on a perdu Isaac, il fallait vraiment prendre le temps de penser à ce qu’on voulait pour nous comme individus, mais aussi comme groupe. Comment on allait progresser en termes créatifs », ajoute le batteur.

0:00
 
0:00
 

Après cette période « inwards », les gars de Half Moon Run sont ensuite allés « onwards » et ont fait de la musique. Beaucoup de musique. Ils ont fait du neuf avec du vieux (le texte de How Come My Body avait été écrit par Conner Molander il y a plus de 10 ans), créé plein de nouvelles chansons et ont tout fait « maison », une nouveauté pour eux.

« On a appris comment enregistrer, j’ai mixé l’album. On n’est pas allés dans un gros studio, alors on pouvait faire des essais et erreurs, recommencer une pièce au complet si on voulait. Le processus était l’fun et je pense qu’on a trouvé un bon rythme. Il fallait juste briser la glace », poursuit Dylan Phillips.

Redevenir un trio

Même si le groupe avait sorti l’été dernier un EP, Seasons of Change, il était composé de chansons qui n’avaient pas trouvé une place sur son troisième album lancé en 2019, A Blemish in the Great Light. Inwards & Onwards est donc le premier que les musiciens font depuis le départ d’Isaac Symonds : une sorte de retour à la source finalement, puisque leur premier album sorti en 2012, Dark Eyes, avait été fabriqué à trois.

On savait qu’on était capables. Mais après plus d’une décennie, on a tous changé comme personnes, il fallait qu’on retrouve comment faire.

Dylan Phillips, batteur du groupe Half Moon Run

Le résultat donne peut-être, analyse-t-il, une musique plus aérée. « À quatre, tout le monde était tellement talentueux et avait tellement à dire, le son se remplissait vite. Alors qu’à trois, tout le monde a sa place plus facilement. Il a fallu trouver une manière de jouer avec cet espace. Et avec le silence. C’est dur à expliquer, mais on va plus vers… un esprit plus folk. »

0:00
 
0:00
 

Inwards & Onwards représente en tout cas un nouveau départ pour le groupe. « Notre son devient plus… galvanisé, je ne sais pas si ça se dit en français. Ça commence à prendre plus la forme qu’on veut toucher, ça avance. »

Maintenant que les musiciens sont devenus des adultes – « on a tous des maisons, des responsabilités », sourit Dylan –, les thèmes abordés ont peut-être aussi vieilli avec eux. « Oui, mais quand on écrit, on essaie vraiment de laisser aller ce qui vient dans la tête ou le cœur. » Et pas question de dire que c’est un album de maturité.

« Oh non ! On a tellement de chemin à faire encore. Je me sens comme un petit enfant comme musicien. On a toute notre vie pour atteindre la maturité ! »

La route

Half Moon Run a bien sûr hâte de reprendre la route, a plein de projets de spectacles en vue pour 2022, et même un show qui est prévu à Montréal en novembre 2021. Le clip de How Come My Body, qui est composé d’images du groupe captées en spectacle et dans les coulisses, montre d’ailleurs à quel point la musique est faite pour être partagée.

« C’est notre vidéographe qui a eu cette idée et qui a décidé de faire le clip à partir de tout ce footage qu’il collectionnait depuis des années. Il nous a juste envoyé ça… »

Impossible de ne pas verser une larme en le regardant ni de se sentir mélancolique devant ces images de foules compactes. « Oui, moi aussi, j’ai pleuré ! », admet Dylan Phillips. La proximité entre les musiciens et leur équipe, la chaleur, la camaraderie et la tendresse qui émanent de leurs rapports sont aussi belles à voir.

L’idée de la famille est importante pour nous et on veut garder ce feeling de famille sur la route, sinon ça devient froid et ce n’est plus l’fun. Mais c’est vrai qu’on est tous très sensibles !

Dylan Phillips, batteur du groupe Half Moon Run

Ce qui s’entend évidemment dans leur musique… qui semble plus grave dans ces six nouvelles chansons, comme si elles avaient été teintées par la pandémie.

« On a vécu tellement d’émotions pendant l’année. Oui, en général c’est plus sombre, mais parfois aussi c’est drôle. Et il y a un côté qui élève, il me semble. »

Dylan Phillips ne sait pas si le groupe est parti pour 10 autres années. « On n’a pas signé de contrat ! Mais on a encore beaucoup à découvrir ensemble. » Et le groupe a déjà du matériel pour d’autres albums.

« Ça, c’est la sélection qu’on a faite, mais il y en a tellement plus ! En ce moment, on parle de sortir cet EP, c’est l’fun, j’adore ça, mais en même temps, on continue d’écrire et ça avance. Cet EP, c’est un point de départ. »

Inwards & Onwards

Alternatif

Inwards & Onwards

Half Moon Run

Crystal Math