La Franco-Manitobaine d’origine marocaine Faouzia n’a que 20 ans. Cinq ans après avoir participé à l’émission Jam et s’être produite à Montréal aux Francos, elle chante en duo avec nul autre que John Legend sur leur extrait Minefields. Entrevue avec la jeune femme trilingue, qui sera assurément l’une des prochaines grandes stars canadiennes de la pop.

Émilie Côté
Émilie Côté La Presse

Ses débuts

Née au Maroc, Faouzia Ouihya a grandi à Carman, village agricole de 3000 âmes situé dans le sud du Manitoba. La musique a toujours fait partie de sa vie. « Je joue du piano depuis que j’ai 4 ans. J’ai aussi appris la guitare et le violon », indique-t-elle.

Écrire des chansons est tout naturel pour Faouzia, car elle s’y exerce depuis l’âge de… 6 ans ! Au cours de son adolescence, elle a participé à plusieurs concours, dont La Chicane électrique, qu’elle a remporté en 2015 avec sa composition intitulée Mes cicatrices. L’année suivante, on la retrouvait dans l’émission Jam animée par Patrick Groulx, ce qui l’a menée à se produire sur la place des Festivals aux Francos de Montréal. « Quel beau souvenir », nous dit-elle.

Le concours le plus important de sa carrière a été l’International Songwriting Competition. Faouzia a remporté le grand prix avec sa chanson The Sound, coécrite avec Matt Epp. « Ce fut un grand honneur et cela m’a donné confiance », raconte-t-elle.

En 2018, David Guetta a été subjugué par sa voix et l’a invitée à chanter sur sa chanson Battle. « Ce fut une grande étape dans ma carrière. Des portes se sont alors ouvertes pour moi. »

0:00
 
0:00
 

Un contrat important

Aujourd’hui, près d’un demi-million de personnes aiment la page Facebook de Faouzia, qui est représentée par l’agence Paradigm et qui a maintenant un contrat avec Atlantic Records, filiale de Warner. Or, la jeune femme de 20 ans vit toujours au Manitoba, à Winnipeg, où elle a déménagé pour étudier à l’université en génie informatique.

« Il fait vraiment froid ! », lance-t-elle pendant notre entrevue téléphonique (qui a eu lieu au début du mois de mars). « J’ai passé mon hiver à écrire de la musique », souligne-t-elle. La sortie de son duo avec John Legend, Minefields (nous y reviendrons), lui a néanmoins permis de faire de la promotion à l’étranger… à partir de Winnipeg.

Malgré son grand succès comme autrice-compositrice-interprète, Faouzia poursuit toujours ses études universitaires. « J’aime avoir le mélange des deux dans ma vie, dit-elle. Et j’aime les sciences. »

Ses influences

Faouzia parle aussi de « mélanges » quand elle parle de ses influences musicales. « Mes parents faisaient jouer de la musique arabe et de la chanson française alors que moi, j’écoutais de la musique en anglais, raconte-t-elle. Mes inspirations sont multiples. J’aime les voix de divas comme Céline Dion, Oum Kalthoum, Fairuz et Beyoncé. »

Ce mélange s’entend aussi dans les extraits de Faouzia qui ont connu un grand succès, dont la bombe pop Tears of Gold, qui dépasse les 35 millions d’écoutes sur Spotify.

L’an dernier, Faouzia a dévoilé l’EP Stripped, où elle a repris certaines de ses chansons de façon épurée. « Je voulais que mon premier projet se résume à moi au piano », souligne-t-elle. C’était aussi une façon de montrer qu’un grand talent d’autrice-compositrice se cache derrière ses ambitions d’une carrière pop.

Si on peut facilement comparer la voix de Faouzia à celle d’Adele, c’est grâce à son impressionnante reprise de Hello.

0:00
 
0:00
 

Un duo avec John Legend

PHOTO FOURNIE PAR WARNER

John Legend et Faouzia

Quelques mois après le début de la pandémie, Faouzia a lancé une bouteille à la mer. Elle cherchait à chanter en duo une ballade qu’elle avait écrite intitulée Minefields. Elle a lancé le nom de John Legend à son équipe. Une semaine plus tard, la star américaine lui envoyait une version finale avec l’enregistrement de sa voix.

« Cette chanson souligne à quel point on ferait n’importe quoi pour être auprès de ses proches », explique Faouzia.

John Legend et elle ont pu en faire un clip et l’interpréter (de leurs villes respectives) pour des émissions américaines populaires comme The Today Show et The Kelly Clarkson Show. « Nous avons aussi enregistré une version acoustique », précise Faouzia.

Voyez la prestation de Faouzia et de John Legend dans le cadre du Kelly Clarkson Show

Un jour, Faouzia devra sans doute déménager à Los Angeles. Mais elle demeurera à Winnipeg tant qu’elle le pourra. Surtout qu’elle est très proche de ses parents et de ses deux sœurs. « La dernière année nous a montré que tout est possible, même de loin ! »

La suite

LA question : à quand le premier album ? « Depuis des années, j’écris, j’écris et j’écris. J’ai une centaine de chansons, mais je veux que l’album soit parfait. Et Minefields en sera le premier extrait », annonce Faouzia.

En attendant, la jeune femme saisit toutes les occasions qui passent. En février dernier, elle a notamment pris part au Festival du voyageur de Winnipeg.

Pour finir, il faut souligner combien Faouzia, en plus de son grand talent musical, a une qualité qui peut paraître anodine, mais qui est souvent commune aux grands de ce monde : elle est d’une extrême gentillesse et d’une grande générosité. En plus d’être vaillante, comme en fait foi son parcours universitaire. En fait, le monde lui appartient.