C’est un mini-album d’une grande beauté que propose la chanteuse franco-manitobaine et montréalaise d’adoption Geneviève Toupin, autrice-compositrice-interprète qui se produit sous le nom de Willows.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

On en ressort ému par la pureté de sa voix où transpercent l’émotion et la sensibilité, charmé par son folk éminemment contemporain et ses mélodies fines, enveloppé par son ambiance tout en douceur et pleine de couleurs, gracieuseté de Joseph Marchand à la guitare et à la réalisation, de Robbie Kuster à la batterie et de François Lafontaine aux synthétiseurs.

0:00
 
0:00
 

L’effet est quasi instantané, mais on comprend encore mieux l’effet que The Hills nous procure quand on apprend la démarche qui y a mené. Geneviève Toupin a en effet écrit cet album en s’inspirant du rétablissement de son frère après un grave accident de voiture, ainsi que de celui d’autres patients qu’elle a rencontrés pendant cette période.

IMAGE TIRÉE DE LA PAGE BANDCAMP DE WILLOWS

The Hills, de Willows

Ces cinq chansons sont ainsi le fruit (réussi) de ses réflexions sur l’impact de la musique sur la guérison, et on peut dire que The Hills tombe à point nommé pour nos âmes en quête d’apaisement. En fait, le principal reproche qu’on pourrait faire à cet album empreint d’empathie, de chaleur et de profondeur serait qu’il est beaucoup trop court. C’est évident, la voix de Willows n’a pas fini de nous accompagner cet hiver.

★★★★

Folk. The Hills. Willows. Indépendant.