Le titre du deuxième album du groupe Midnight Sister, Painting the Roses, fait un clin d’œil au conte d’Alice au pays des merveilles. La pochette évoque aussi les images du film de Walt Disney où les gardes de la reine peignent les roses du terrain du château en rouge.

Émilie Côté Émilie Côté
La Presse

Bien justement, comme dans le film, adapté du récit de Lewis Carroll, la pop de Midnight Sister a quelque chose de fantasmagorique et d’excentrique.

Le duo de Los Angeles est formé d’Ari Balouzian et de Juliana Giraffe. La voix de cette dernière est aérienne et haut perchée. Les arrangements de son comparse ? Tout sauf monotones.

0:00
 
0:00
 

Ici, une chanson aux airs disco (Sirens). Là, une autre, Foxes, aux airs beatlesques (époque Abbey Road). Sinon, une ballade au piano (Dearly Departed). Un magnifique songe pop (Tomorrowland). Tantôt des arrangements de cuivre, tantôt des arrangements de cordes. Le tout avec un peu d’électro et de folk.

Il aura fallu quelques écoutes pour apprivoiser Painting the Roses, mais nous voilà conquise. À découvrir si vous aimez la dream pop de groupes comme Beach House, ou encore la pop expérimentale de Cate Le Bon et U.S. Girls.

IMAGE TIRÉE DE LA PAGE BANDCAMP DE MIDNIGHT SISTERS

Painting the Roses, de Midnight Sister

★★★½

Indie pop. Painting the Roses. Midnight Sister. Jagjaguwar.