Il a beau s’appeler Chilly Gonzales, le pianiste montréalais de passage en ville pour une minisérie de concerts au pays a accusé le choc cette semaine, quand le mercure a flirté avec les -18 °C.

Yves Bergeras
Le Droit

« J’ai grandi ici, alors je sais comment m’habiller », souriait le musicien néoclassique passé maître dans l’art de s’acclimater… moins aux rigueurs de l’hiver qu’aux genres musicaux et aux collaborations artistiques les plus variés.

> Lisez la suite : https://www.latribune.ca/arts/chilly-gonzales-du-piano-solo-jusquau-pilates-musical-global-ea290dabda9c4ee1c2dc2ef6ab65d641