(Montréal) Durement affectés par la fermeture des salles de spectacles, les musiciens professionnels interpellent les gouvernements alors que près d’un sur cinq d’entre eux a carrément choisi d’abandonner sa carrière dans le contexte de la pandémie.

Vicky Fragasso-Marquis
La Presse Canadienne

« C’est quand même assez sérieux. Il faut penser à quelque chose. Ça prend des bonnes mesures d’aide pour garder les gens la tête hors de l’eau », s’est inquiété le président la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ), Luc Fortin, en entrevue avec La Presse Canadienne.

La GMMQ a publié à la fin de la semaine les résultats d’un sondage qu’elle a mené auprès de 755 musiciens pendant le mois d’octobre et le constat est alarmant sur la situation financière des artisans de la musique.

Selon les données, 75 % des musiciens ont reçu la Prestation canadienne d’urgence (PCU) et 56 % d’entre eux prévoient gagner 20 000 $ et moins en 2020.

De plus, 57 % des musiciens sondés disent être en réflexion quant à l’avenir dans le milieu. Pire encore, 18 % ont déjà pris la décision de changer de profession.

« Ce qui pourrait arriver, c’est que quand il va y avoir une reprise d’ici un an, il pourrait y avoir une pénurie de main-d’œuvre dans tout ce qui est arts du spectacle, autant les techniciens, les danseurs, des chanteurs. Il va y avoir un problème », a soutenu M. Fortin.

Une aide adaptée

Les musiciens de la GMMQ demandent aux gouvernements une aide financière adaptée à leurs besoins, car ils jugent que les mesures mises en place pour l’instant ne sont pas satisfaisantes.

Fait à noter : le sondage a été effectué avant que le gouvernement du Québec n’annonce les détails de son plan d’aide de 50 millions au secteur culturel, qui a été bien accueilli dans le milieu.

« Ça devrait aider un peu, mais il y a des choses dans le programme qui sont encore à peaufiner, on a vu qu’il y avait des artistes qui tombaient entre les craques du plancher, a indiqué M. Fortin. Mais ça vient en octobre, l’année est déjà pas mal avancée. Depuis mars, ça a été très pénible. Tout ce qui a été annulé depuis mars jusqu’à octobre, personne n’a été compensé pour ça. »

Réouverture des salles

Les musiciens souhaitent également que Québec rouvre les salles de spectacle, en tout respect des mesures sanitaires. La Guilde souligne qu’aucune éclosion n’a été rapportée dans ces lieux lors de leur ouverture temporaire à l’été.

Selon M. Fortin, les artistes ont perdu « des millions » de dollars avec la fermeture des salles, qui avaient d’ailleurs déployé des efforts pour se soumettre aux conditions sanitaires.

« On ne nie pas qu’il y a un problème. Sauf que je me dis : 100 personnes, espacées de deux mètres dans un endroit bien aéré, avec un plafond très haut, je pense pas que ce soit une situation plus risquée que d’aller au Canadian Tire la fin de semaine », a-t-il soutenu.

Il croit que la population a aussi besoin de divertissement en ces temps difficiles. « Aller voir des musiciens et des acteurs en chair et en os, c’est vraiment l’fun. Ça fait vraiment du bien », a-t-il conclu.