Vous êtes nombreux à ne pas connaître son nom, mais à reconnaître immédiatement sa voix grave et mélancolique. Matt Berninger est le chanteur de The National.

Émilie Côté Émilie Côté
La Presse

Serpentine Prison est le premier album solo qu’il sort sous son propre nom, mais en marge de The National, Matt Berninger a aussi lancé le projet EL VY.

Serpentine Prison s’est fait avec le réalisateur Booker T. Jones. À l’origine, les deux hommes voulaient faire des reprises (dans une sorte d’hommage à l’album Stardust de Willie Nelson), mais ils ont finalement enregistré des compositions de Berninger en ouvrant la porte à un paquet de collaborateurs, dont Walter Martin de The Walkmen, Scott Deverdorf et Andrew Bird.

Berninger chante aussi en duo avec Gail Ann Dorsey (bassiste de feu David Bowie) sur la pièce Silver Springs.

0:00
 
0:00
 

Il y a un esprit de camaraderie sur l’album. Un côté sans prétention. Comme si on assistait à un spectacle de Berninger donné à l’improviste dans un bar de Chicago.

Il y a néanmoins des extraits à la réalisation plus pop, dont Distant Axis et One More Second.

C’est fort plaisant de savourer la voix de Berninger sur des guitares folk, de l’harmonica, un piano soul… Sur un son plus brut et americana que celui de The National.

IMAGE TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE MATT BERNINGER

Serpentine Prison

Le résultat n’est pas aussi prenant qu’un album de The National. Serpentine Prison s’apprécie plutôt tel un road trip au cœur de l’Amérique musicale folk, rock et country.

Avec la voix de Berninger, la route ne peut qu’être belle.

★★★½

FOLK-ROCK. Serpentine Prison. Matt Berninger. Concord Records.