Pour son tout premier album en carrière, le producteur CRi propose un ensemble de pièces qui s’écoutent tant dans des écouteurs, à la maison, que sur une piste de danse. Une belle prouesse.

Marissa Groguhé Marissa Groguhé
La Presse

CRi sait ce qu’il fait. Sur Juvenile, le DJ nommé aux prix Juno en 2018 installe une ambiance bien précise, feutrée et envoûtante, que l’on sent tout à fait délibérée, puisqu’elle se maintient du début à la fin. CRi veut nous faire danser, mais il veut tout autant nous faire ressentir des émotions intenses, de la nostalgie à la douce euphorie.

Extrait de Runaway, de CRi

0:00
 
0:00
 

Plusieurs des morceaux de Juvenile pourraient se trouver sur la bande sonore d’un film. On ne peine pas à imaginer un ou une jeune protagoniste au cœur brisé pour la première fois courir au ralenti, la nuit, dans les rues de Montréal illuminées par ses lampadaires orangés sur la musique de la pièce From Me, par exemple.

Sur ce titre, tout en répétitions, comme sur la chanson d’ouverture Runaway (entraînante à souhait), Bernache (Emmanuelle Proulx, du groupe de Québec Men I Trust) chante magnifiquement. CRi a fait des choix judicieux en ce qui a trait aux voix qui accompagnent ses productions (dont son idole Daniel Bélanger).

IMAGE FOURNIE PAR ANJUNADEEP

Juvenile, de CRi

La magnifique chanson Naissance, instrumentale et cinématographique, agit comme un interlude, avant que l’album s’ouvre ensuite sur des pièces un peu plus dansantes encore. Parmi celles-ci, Faces, avec Jesse Mac Cormack, et Rainfall, avec Robert Robert, deux autres heureuses collaborations sur cet album.

La douceur pure et la mélancolie se réinstallent grâce à la conclusion de Juvenile, Love Spirit, sur laquelle chante Sophia Bel, de sa jolie voix éthérée. CRi boucle la boucle en beauté.

★★★★

Électro. Juvenile, de CRi, Anjunadeep.