Des accords tonitruants, une voix enflammée, des mélodies qui nous prennent par la main et des refrains qui crient : « reviens ».

Émilie Côté Émilie Côté
La Presse

Tous les ingrédients d’un bon opus rock sont réunis sur le premier album du groupe Gros Soleil.

Du rock qui ne transcende pas les règles du jeu, mais qui brûle en français.

IMAGE FOURNIE PAR INDICA

Occulture populaire, de Gros Soleil

Le quatuor (formé d’ex-membres des Truands) se compose de Dominic Lamoureux, de Sébastien Boucher, de Frédéric Lamoureux et de Christian Boileau. Quatre gars qui n’ont plus 20 ans et qui assument avoir beaucoup écouté Black Sabbath, The White Stripes, Alice Cooper, Interpol et Motörhead.

Non seulement ils ont su créer des hymnes lourds et effrénés qui accrochent nos oreilles, mais les récits du parolier Dominic Lamoureux sont tout sauf banals. On aime quand il raconte la première fois qu’il a vu une jolie demoiselle au parc Dante. Il y a des pièces coquines (Le pervers et la vicieuse), de la critique sociale et des interrogations plus mystiques (Si les animaux pouvaient parler…).

Extrait de Dans une fusée, de Gros Soleil

0:00
 
0:00
 

Nos craintes n’étaient pas fondées : l’album est pleinement à la hauteur des jubilatoires deux premiers extraits lancés : Dans une fusée et Cercle de sel, sortis l’été dernier.

Ce n’était pas qu’une étincelle… Après tout, le groupe s’appelle Gros Soleil. Le feu prend et ne s’essouffle pas, de la première à la neuvième chanson de ce premier album.

★★★½

Rock. Occulture populaire, de Gros Soleil, Indica.