Trois ans après la parution de son plus récent micro-album, Main Girl, Charlotte Cardin révèle vendredi la pièce Passive Aggressive, premier extrait de son très attendu premier album. Rien n’avait préparé l’auteure-compositrice-interprète à ce que la confection de cet opus prenne autant de temps, mais à quelques mois de sa sortie, à l’hiver 2021, Charlotte Cardin estime que l’attente en a valu la peine.

Marissa Groguhé Marissa Groguhé
La Presse

L’album est enfin terminé. « Terminé à 100 %, mixé et masterisé, complètement prêt », affirme Charlotte Cardin au téléphone. La chanteuse est à Paris pour assurer la promotion du premier extrait du disque de l’autre côté de l’Atlantique.

> Visionnez le clip complet de Passive Agressive

Cet album est attendu, elle le sait. En 2019, on parlait d’une sortie avant la fin de l’année. Il n’est pas commun qu’un artiste laisse passer une si longue période de temps entre ses parutions et, surtout, avant de sortir un premier album complet.

Mais Charlotte Cardin dit avoir toujours fait les choses plus tranquillement et apprécie cette lenteur, qui lui permet de toujours sortir de la musique dont elle est fière. Même si ça implique de ne pas surfer sur la vague chaque fois qu’elle se présente — par exemple, après avoir fait La voix, en 2013. Elle fait remarquer que même à la sortie de Big Boy, son premier micro-album, en 2016, « les gens trouvaient que ça avait été long ».

Je me sens très bien avec ce processus, je me sens en paix avec comment ça s’est fait.

Charlotte Cardin

PHOTO GAËLLE LEROYER, FOURNIE PAR L’ARTISTE

« J’ai tellement sous-estimé l’énergie et le temps que ça prend pour écrire un album », confie Charlotte Cardin

« Pour les premiers extraits que j’ai sortis, une chance que j’ai attendu de faire quelque chose que j’aime, affirme la musicienne. Ça fait six ans que je joue ces tounes-là en concert, si je ne les aimais pas, ce serait vraiment difficile ! »

Le défi d’écrire un album

Charlotte Cardin a en effet passé beaucoup de temps sur la route ces dernières années. En 2017 et 2018, « j’ai tourné comme une malade », lance-t-elle. C’est là une des raisons pour lesquelles son premier album ne sort que maintenant. « Je n’avais pas l’habitude et je n’étais pas capable d’écrire en même temps que je tournais, parce que c’était déjà trop de nouvelles informations », confie l’auteure-compositrice-interprète de 25 ans.

Mais la principale cause de la sortie plusieurs fois repoussée du disque est plus simple encore : « J’ai tellement sous-estimé l’énergie et le temps que ça prend pour écrire un album », dit-elle.

Elle n’en est pas à ses premiers faits d’armes en ce qui a trait à la composition. C’est elle qui a écrit, seule, toutes les chansons que l’on connaît d’elle, mis à part le titre Main Girl. « Les chansons que j’avais écrites pour mes EP, c’était le travail d’une vie, dit-elle. Mais là, il faut que j’écrive un album et on me dit : “OK, top chrono, tu as six mois.” Il faut stimuler ta créativité, tu ne peux pas attendre l’inspiration, sinon tu risques d’attendre longtemps ! »

Découvrir la coécriture

L’album a fini par voir le jour grâce à la coécriture, un processus totalement nouveau pour la musicienne. Son producteur, agent et ami Jason Brando, fondateur de sa maison de disques, Cult Nation, a joué un grand rôle dans cette « belle découverte ». « Jason est un très bon auteur-compositeur, mais on n’avait jamais vraiment écrit ensemble, raconte Charlotte Cardin. Quand je me suis retrouvée à bloquer dans l’écriture, il s’est impliqué pour amener des idées. Et ça s’est fait tellement facilement, c’était tellement naturel et le fun. »

Puisqu’ils sont habitués à travailler ensemble depuis plusieurs années, la chimie entre les deux artistes s’est installée instantanément pour composer des chansons. Ils ont donc continué d’écrire ensemble. La plus ancienne pièce de l’album date de 2018, la plus récente, d’il y a six mois environ. Et toutes ces chansons, à l’exception d’une (que Charlotte a écrite seule), sont cosignées avec Jason Brando. D’autres noms s’ajoutent à la liste de collaborateurs, dont celui de Marc-André Gilbert, qui a coproduit l’album.

Extrait de Passive Aggressive

0:00
 
0:00
 

Fruit de cette nouvelle ouverture à la coécriture, l’extrait Passive Aggressive, lancé vendredi avec un vidéoclip (qui sort à 10 h), est signé par Cardin, Brando, Gilbert et Connor Seidel. Très rythmée, voire dansante, la chanson est teintée des influences de la musique des années 1980 et présente un côté de Charlotte Cardin que l’on n’avait pas encore découvert.

C’est une des tounes les plus [légères] de l’album, elle est un peu plus pop que le reste, mais ne détonne pas. Sur toutes les chansons, on a fait attention à mettre l’accent sur la voix, avec une simplicité de production.

Charlotte Cardin, à propos de la chanson Passive Agressive

Charlotte et ses collaborateurs se sont tout de même permis d’explorer une production plus riche que sur ses micro-albums, Big Boy et Main Girl. « Tout en gardant ce style très important pour moi qui me permet de jouer mes chansons piano-voix et qu’on les reconnaisse », précise l’artiste. Elle promet également des pièces « plus sombres, comme j’ai l’habitude de faire, mais qui ont évolué avec moi. »

« Ça a été un long processus, donc j’ai évolué en tant qu’humain et en tant qu’artiste dans les dernières années, dit-elle. J’espère que ça paraîtra dans l’album sans me dénaturer de ce que j’ai fait avant. »

D’autres extraits de ce premier album, dont ne peut encore dévoiler le nom, paraîtront au cours des prochains mois, accompagnés de vidéoclips sur lesquels la chanteuse et son équipe travaillent ces temps-ci. Charlotte Cardin se réjouit de pouvoir enfin faire de nouvelles créations. « L’album a pris forme doucement dans mon monde, sur mes disques durs d’ordi, dans mes oreilles, mais il n’y avait rien de concret. Ça fait longtemps que je vis avec ces tounes-là. De sortir cette musique, qu’elle existe dans le monde, c’est très satisfaisant et le fun. »