Les artistes montréalais Kaytranada et Backxwash se retrouvent dans la courte liste du prix Polaris.

Émilie Côté Émilie Côté
La Presse

Kaytranada a déjà remporté les grands honneurs en 2006. Quant à la rappeuse trans Backxwash, elle se faufile pour la première fois dans la courte liste avec son album God Has Nothing To Do With This Leave Him Out Of It.

Les huit autres albums en lice sont ceux de U. S. Girls (Heavy Light), Pantayo (homonyme) et nêhiyawak (nipiy), Junia-T (Studio Monk), Lido Pimienta (Miss Colombia), Witch Prophet (DNA Activation), Caribou (Suddenly) et la star pop Jessie Reyez (Before Love Came To Kill Us).

On ne retrouve aucun album francophone.

Avec près du tiers des albums en lice, le Québec faisait excellente figure dans la longue liste du prix Polaris, qui récompense depuis 15 ans « le » meilleur album canadien. On y retrouvait par ailleurs plusieurs artistes et formations francophones, dont Marie-Pierre Arthur, Chocolat, Louis-Jean Cormier, Zen Bamboo et P’tit Belliveau.

Rappelons que le vote qui se fait en trois étapes. Un jury de 200 membres (des journalistes, blogueurs et diffuseurs) de partout au pays soumet des albums. Il en émane une liste de 40 albums, puis un vote du jury détermine les 10 albums finalistes. Enfin, un comité d’une dizaine de personnes détermine le grand gagnant qui remporte une bourse de 50 000 $. En temps normal, la remise du prix se fait lors d’un gala à Toronto.

Avec la pandémie, cela se fera en ligne le 19 octobre.