Depuis Get Lifted (2004), John Legend a (presque) négocié un parcours sans faute, récompensé d’au moins un Grammy, un Oscar, un Emmy et un Tony — le premier Afro-Américain de l’histoire à réussir la quadruple couronne.

Éric Moreault
Le Soleil

Depuis les excellents Love in the Future (2013) et Darkness and Light (2016), l’homme à la voix d’or nous a seulement gratifiés d’un album de Noël. La déception s’avère donc grande à l’écoute de Bigger Love, collection de chansons génériques peu inspirées qui pigent dans tous les styles, mais avec une inclinaison pop, parfois disco, qui gâche la sauce.

> Lisez la suite de la critique sur le site du Soleil

IMAGE TIRÉE D'INTERNET

Bigger Love de John Legend