Visé par des dénonciations sur les réseaux sociaux et lâché par sa maison de disque Grosse Boite/Dare to Care, le chanteur Bernard Adamus s’est longuement excusé sur sa page Instagram tard mercredi soir, « pour toutes les sortes d’agissements » qu’il a pu commettre et parce que « le mutisme ici serait ridicule, voire de très mauvaise foi ».

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

« J’ai lu vos commentaires et je vous dois une réponse et surtout des excuses, écrit-il. J’ai souvent débordé, trop, et trop souvent. En vérité, je sais pas exactement par où commencer à part être le plus humble possible et avouer que j’ai souvent exagéré, que le sexe et l’alcool se sont trop souvent mélangés dans ma très tumultueuse vie depuis 10 ans dans l’industrie de la musique d’ici. »

L’auteur-compositeur-interprète, qu’on a découvert avec l’album Brun en 2009, et qui lançait en mai 2019 son quatrième album en carrière, C’qui nous reste du Texas, admet qu’il a « créé un monstre ».

« Il y a au fil des ans trop de détails et d’histoires que je n’ai pas clairement remarqués, mais que les gens autour de moi oui. Je vous présente mes très sincères excuses pour toutes les sortes d’agissements que j’ai pu commettre. Mes excuses ne changeront rien aux faits, et d’être ici à vous l’écrire, me fait voir que je dois travailler encore plus fort sur mes torts, mes habitudes de vie et mes comportements avec les femmes. »

Bernard Adamus explique ensuite que l’alcool aura été son principal démon au cours des années, envers lui et envers les autres, qui lui a fait perdre le contrôle « très très souvent ». Il affirme aussi y travailler « depuis un bon bout ».

« Je consulte, je ne bois pas du tout. J’avance du mieux que je peux dans ce marasme d’alcoolisme qui est venu avec les années détruire plusieurs aspects de ma vie. Si je vous ai offensé, blessé qui que vous soyez, je m’en excuse plus que sincèrement. »

Dans la dernière page de sa longue confession, le chanteur avoue avoir été « vulgaire, grossier, arrogant et très saoul trop souvent », et qu’est venu le temps de donner un coup de barre dans son existence.

« J’espère que ces quelques mots pourront vous prouver ma bonne foi, il en reste qu’à moi de faire les gestes qui s’imposent. J’admets avoir été agressif dans mes gestes et paroles à plus d’une reprise, il va de soi que j’ai un immense travail à faire sur moi avant de continuer quoi que ce soit, je prends donc une pause, et ça déjà depuis un temps. Je suis conscient de mes problèmes et de ce que j’inflige aux autres. »

Le chanteur de 42 ans termine en s’excusant « profondément » auprès des femmes qu’il a pu offenser, et en se disant ouvert à la conversation.

Quant à sa maison de disque, elle a expliqué mardi soir dans un message laconique sur Facebook avoir « mis fin à sa relation d’affaires avec Bernard Adamus suite aux dénonciations dont il a fait l’objet ».

« Aux victimes qui ont parlé : nous vous écoutons, nous vous entendons et nous donnons de la valeur à vos témoignages. Les valeurs de Dare to Care prônent un environnement sécuritaire et exempt de toute forme de violence ou d’abus. Nous nous engageons à être plus vigilants et proactifs pour nous assurer que tous les gens avec qui nous travaillons respectent ces mêmes valeurs. »