Loud passe de la parole à l’action. Le rappeur québécois bien connu fait don de 56 000 $ à des organismes communautaires pour faire face aux répercussions de la COVID-19, mais aussi pour souligner les enjeux liés au racisme systémique.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

« Pour faire suite à mon message de la semaine dernière suite au meurtre tragique de George Floyd et concernant le racisme systémique (qui est bien présent chez nous malgré ce que ton oncle en pense), je tenais à passer à l’action de manière concrète et à redonner au game par la forme d’un don symbolique de 56K », a annoncé vendredi l’artiste nommé interprète masculin de l’année au dernier gala de l’ADISQ, qui affirme être conscient de sa situation privilégiée.

La généreuse somme sera distribuée parmi les organismes locaux suivants : Hoodstock, le Black Theatre Workshop, la Clinique juridique de Saint-Michel et Racines 2.0, librairie indépendante qui a pour mandat de promouvoir les auteurs issus de différentes communautés culturelles.

Une partie du montant servira également à financer l’accès aux instruments de musique et à l’équipement de production pour les élèves du secondaire dans le besoin.

Ce don de 56 000 $, astucieux clin d’œil à son populaire tube intitulé 56K, n’a pas manqué de faire sourire les fans et de susciter l’admiration sur les réseaux sociaux.

« En tant que rappeur, la valeur de ce que la culture noire a apporté à ma vie est inestimable : ma passion, mon lifestyle, mes héros de jeunesse et d’aujourd’hui, mes mentors et éventuellement ma carrière et mon gagne-pain […] If you love me and hate black people, I hate you », avait déclaré LOUD via sa page Facebook en mai dernier.