Imaginez si Alexandra Stréliski décidait de jouer avec un batteur et un bassiste qui sautillent constamment à la double croche. C’est un peu la formule employée par GoGo Penguin, qui se permet en prime de faire appel à la fée numérique pour créer un mélange unique et accessible de jazz, de rock, de trip-hop et d’électro.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

En fait, à l’écoute de son plus récent album, homonyme, le trio qu’on a surnommé le Radiohead du jazz britannique apparaît plus que jamais à l’aise avec l’étiquette « electronica acoustique » qu’on a presque inventée pour lui. Atomised nous ramène rapidement en territoire connu, la contrebasse de Nick Blacka et la batterie de Rob Turner sont bien funky et les mélodies du pianiste Chris Illingworth toujours aussi enivrantes. L’ambitieuse Signal in the Noise suit, caractérisée par une rupture de tempo qui met en valeur la qualité de jeu des trois virtuoses de Manchester. Mais c’est avec Open que leurs influences électros se manifestent le plus, Illingworth improvisant sur ses propres séquences bouclées en délai, le tout soutenu par les rythmes syncopés de la batterie de Turner dont la sonorité de chacune des parties semble traitée par différents effets, cymbales comprises.

0:00
 
0:00
 

Kora permet de remettre au premier plan le jeu imaginatif et percussif d’IIlingworth, qui modifie à sa source le timbre du piano en appliquant du ruban gommé sur quelques-unes des cordes de son instrument. Traité électroniquement dès l’enregistrement — GoGo Penguin tient à tout faire en direct sans aucune superposition de pistes —, le son étouffé de ces quelques groupes de notes permet au piano classique de se prendre un instant pour un synthétiseur. Totem nous propulse ensuite sur les rails d’un train qui s’emballe — Blacka et Turner ne sont pas tendres envers leurs instruments et ça s’entend ! Quant à elle, Embers montre une avenue plus douce rarement explorée par le trio, appuyée par une batterie enveloppante aux sonorités triturées, clin d’œil manifeste au trip-hop de Bristol.

IMAGE FOURNIE PAR LA PRODUCTION

GoGo Penguin

C’est un album homonyme sans faille que GoGo Penguin a créé, superbe conclusion d’un cycle créatif amorcé il y a maintenant huit ans avec Fanfares. On a déjà hâte à la suite.

★★★★

Jazz. GoGo Penguin. GoGo Penguin. Blue Note Records/Universal Music Group.