Rock

Alexandre Vigneault Alexandre Vigneault
La Presse

On s’étonne un peu d’entendre Jehnny Beth presque doucement accompagnée d’un piano sur I Am, morceau qui ouvre To Love Is to Live, son premier disque solo. Avec Savages, groupe 100 % rock et 100 % féminin au sein duquel elle s’est fait remarquer en 2013, elle n’est pas reconnue pour son calme.

Sa manière brûlante et théâtrale (on ne l’a pas inscrite dans la lignée de Siouxsie Sioux pour rien) revient vite, par contre, avant même la fin de ce morceau. Et reste sur tout le disque. Si les attaques sont généralement moins brutes et abruptes qu’avec Savages, le ton demeure le plus souvent urgent, sinon hanté.

0:00
 
0:00
 

Jehnny Beth garde l’esprit rock, mais ne se limite pas aux sonorités de base du genre : rythmes programmés, piano, cordes triturées, guitares qui lacèrent l’espace, elle pose ses aspirations et ses douleurs sur des musiques d’abord conçues pour créer des ambiances – oppressantes, le plus souvent. Parfois quasi punk (I’m the Man).

IMAGE TIRÉE DE L’INTERNET

Pochette de l'album To Love Is to Live, de Jehnny Beth

To Love Is to Live a du caractère, mais montre surtout une artiste qui cherche le chemin à prendre toute seule, sans toujours le trouver. Sa chanson Flower, puissante et crâneuse, texturée et accrocheuse, donne une idée de la lumière qu’elle pourrait trouver au bout de ce tunnel. On attend la suite.

À paraître le 12 juin.

★★★

Rock. To Love Is to Live. Jehnny Beth. Arts & Crafts.