La populaire chanteuse Guylaine Tanguay vient de lancer son 15e album, simplement intitulé Country, dans lequel elle revient à son essence et écrit même pour la première fois des textes de chansons. Discussion téléphonique pleine de vie et d’empathie avec une artiste toujours aussi proche de son public, même en pleine pandémie.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

« Si j’avais pu, je serais allée livrer moi-même mes disques chez les gens. » Guylaine Tanguay est de son temps et sort bien sûr son album en format numérique. Mais elle connaît ses fans et, pour un grand nombre d’entre eux, il est essentiel de l’avoir « en vrai ».

« Les gens m’écrivent, ils le veulent dans leurs mains, ils ont hâte de me voir pour me le faire signer. C’était une priorité de le sortir en physique. »

La chanteuse et son équipe ont donc remué ciel et terre pour faire fabriquer des CD – toutes les usines étaient fermées depuis le début du confinement – et lancer quand même cet album, dont la sortie a été reportée d’à peine une dizaine de jours par rapport à l’échéancier prévu.

« On n’en a pas une immense quantité, les entrepôts ne sont pas pleins, mais, franchement, ils ont fait des miracles. »

Il restait le défi de la distribution. Plutôt que de faire « courailler » les gens dans des magasins spécialisés et leur faire prendre des risques inutiles, Guylaine Tanguay s’est associée à la revue Échos vedettes pour que le disque soit vendu avec une édition spéciale dans un emballage de plastique. « Ça nous permet d’être dans les services essentiels, les épiceries, les pharmacies, et ça devient plus facile et sécuritaire de se le procurer. »

Guylaine Tanguay affirme qu’elle se souviendra toute sa vie du contexte de la sortie de cet album. Mais trois mois après le début de la pandémie, elle estime que c’est le bon moment pour le faire, maintenant que les nouvelles sont un peu meilleures.

« Des gens retrouvent leur emploi, on a un peu moins peur, on a l’impression qu’on contrôle un peu plus en mettant nos masques. Et en ce moment, ça fait du bien au monde de se changer les idées, d’emmener leur cerveau ailleurs. »

Équilibre

Dans Country, Guylaine Tanguay revient à sa « base country », d’où le titre. Si elle a mis deux ans entre le précédent et celui-ci, c’est qu’elle ne voulait pas « sortir quelque chose pour sortir quelque chose », mais plutôt prendre le temps de fabriquer un album « simple, beau et raffiné ». Celui d’une femme « qui approche la cinquantaine, qui ne veut pas se prendre pour une jeune, mais qui n’est pas vieille non plus, et qui a encore beaucoup d’énergie », dit-elle.

« Il fallait un équilibre. Je trouve qu’il me ressemble vraiment. C’est moi en ce moment, et je l’assume de A à Z », dit Guylaine Tanguay, qui désirait aussi un album aux couleurs franches et diversifiées.

0:00
 
0:00
 

« La chanson mélancolique est très mélancolique. La drôle est drôle. Celle qui swingue swingue. Je ne voulais pas que ce soit dilué pour que tout devienne un peu pareil. Ces différences feront que, sur scène, cet album sera le fun à défendre. »

Entre des reprises de Marcel Martel (Simple passager), de Paul Daraîche (Je pars à l’autre bout du monde), de Zachary Richard (L’arbre est dans ses feuilles) ou de Daniel Lavoie (Je m’envolerai), toutes des « coups de cœur », il y a aussi six chansons originales, dont plusieurs signées par Guylaine Tanguay elle-même. Pratiquement une première, puisqu’elle n’avait pris le stylo qu’une seule fois déjà, il y a longtemps.

0:00
 
0:00
 

« Je ne sais pas si c’est par manque de confiance ou de temps, mais je ne m’étais jamais arrêtée pour écrire. Là, je l’ai pris parce que j’avais des sujets précis en tête. »

Elle qui avait toujours eu l’impression que ses textes ne « marchaient pas bien » a fini par admettre, en se relisant, qu’elle pouvait « avoir le tour », elle aussi. « En plus, c’est dans les mots que j’utilise dans la vie, c’est facile à chanter », dit Guylaine Tanguay, qui a travaillé en collaboration avec l’auteur-compositeur-interprète Jonathan Godin.

0:00
 
0:00
 

Il faut dire que, depuis le temps, elle sait quand même un peu beaucoup de quoi est faite une bonne chanson ! « Oui, je sais ce qu’il ne faut pas dire, ce qui ne sonne pas bien. Il faut aussi que ce soit mélodieux et accrocheur, qu’on se souvienne de quelques phrases dans le refrain. J’ai hâte de voir la suite ! »

« En manque »

Confinée chez elle, à Laval, celle qui parcourt les routes du Québec depuis des années s’ennuie terriblement de la scène et s’inquiète pour son équipe, pour qui « tout est tombé à zéro en une journée ». Mais elle relativise évidemment, en pensant aux personnes malades ou dans l’incapacité de sortir de chez elles, et prend son mal en patience.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Guylaine Tanguay

On est à la maison, on est vivants. On va trouver d’autres façons de chanter pour les gens et d’aller à leur rencontre, mais, en même temps, il ne faut prendre aucun risque. C’est une question de santé, on ne niaise pas avec ça.

Guylaine Tanguay

Comme d’autres artistes tels que 2 Frères et Marc Dupré, elle fera une tournée de cinq ciné-parcs cet été – les choses vont tellement vite ces temps-ci qu’elle en a eu la confirmation pendant notre entrevue ! Mais si elle est bien prête à essayer toutes sortes de solutions, celle qui croit que les choses ne redeviendront pas à la normale avant la fête nationale de 2021 se voit mal repartir en tournée en respectant les règles de distanciation.

« Comment faire 10 heures de route avec mon équipe pour aller en Gaspésie ? Chacun dans son auto, c’est des coûts excessifs, les hôtels, c’est compliqué, et la logistique… Imagine la technique autour, le temps que ça va prendre pour s’installer ! Quand tu te mets à faire une liste, c’est un peu décourageant. »

De toute façon les diffuseurs ne pourront pas fonctionner à perte, ajoute la chanteuse, qui croit que le gouvernement devra leur venir en aide – ce qui aidera nécessairement les artistes, mais aussi le public.

« Je reçois des tonnes de messages de personnes qui disent être en manque. Aller voir un spectacle, ce n’est pas anodin, ce n’est pas rien, et les gens en ont vraiment besoin. En ce moment, si on n’est pas malades de la COVID, c’est peut-être notre moral qui en prend un coup. Et la musique aide beaucoup le moral. »

IMAGE TIRÉE DU WEB

Country, de Guylaine Tanguay

Country
Guylaine Tanguay
Country
Musicor