« And I wonderIf this restless mind will yieldTo all the beautyThat surrounds me », chante sur And I Wonder le Montréalais d’adoption Alex Nicol, qui a quitté Ottawa il y a 11 ans. De la beauté, son premier album solo en recèle du début à la fin.

Caroline Bertrand Caroline Bertrand
La Presse

« And I wonderIf this restless mind will yieldTo all the beautyThat surrounds me », chante sur And I Wonder le Montréalais d’adoption Alex Nicol, qui a quitté Ottawa il y a 11 ans. De la beauté, son premier album solo en recèle du début à la fin.

Se dégage d’All for Nada une ambiance veloutée, chaude, au charme suranné, totalement en phase avec la voix feutrée du multi-instrumentiste, membre du groupe indie rock Hoan.

Extrait de Levitate

0:00
 
0:00
 

Résonnant en écho perpétuel grâce à l’effet slap-back, sa voix se fait enveloppante, contribuant à l’atmosphère intimiste de cette envoûtante proposition, que régit presque d’un bout à l’autre une Stratocaster, délogée par un piano droit dépouillé sur l’ultime When You’re Blue. Des violons célestes enjolivent certaines pièces, dont Trust et Levitate — titre idoine —, aux planants relents psych.

Si Nicol est la tête d’affiche du projet, celui-ci s’avère intrinsèquement bicéphale, la « Nada » du titre en révélant la seconde tête créatrice : Nada Temerinski, conjointe de longue date de l’auteur-compositeur-interprète, dont le rôle transcende celui de directrice artistique ou de muse fédératrice (mythe qu’a d’ailleurs voulu déboulonner le couple). 

IMAGE FOURNIE PAR MICHEL RECORDS 

All for Nada, d’Alex Nicol

All for Nada est le fruit de leur fusion tant artistique qu’amoureuse, musique et paroles découlant de leur vie à deux. Ce qui n’empêche pas Nicol de s’épancher sur l’anxiété (couplée à des troubles alimentaires) mue par la peur de vieillir qui l’a rongé, adolescent.

La sensibilité empreignant les mélodies fait honneur à celle au cœur de la démarche. À écouter à la lueur d’une bougie.

All for Nada, Alex Nicol, Michel Records & Anniversary

★★★½

> Consultez le page Bandcamp d’Alex Nicol (en anglais)