(New York) A 73 ans, Neil Young pourrait se contenter de vivre tranquillement de sa légendaire carrière de rockeur. Inébranlable et les yeux rivés sur l’avenir de la planète, le Canadien a préféré retourner en studio pour enregistrer Colorado, qui sortira vendredi.  

Agence France-Presse

« Je vais vivre longtemps et je suis heureux de vous le faire savoir ». D’entrée, avec Think of Me, Neil Young – bercé par une mélodie nasillarde d’harmonica – dissipe toute idée selon laquelle le chanteur aux plus de 40 albums studio à son nom pourrait ralentir la cadence.

Avec Colorado, État américain montagneux dans lequel l’artiste s’est réfugié pour enregistrer l’album, Neil Young signe aussi un vibrant manifeste pour l’environnement.  

« Nous avons entendu les avertissements/Nous les avons ignorés/Nous avons vu le climat changer/le feu et les inondations », trille-t-il dans Green is Blue.

L’artiste a depuis longtemps épousé cette cause. Il chantait déjà en 2015 The Monsanto Years, contre le géant des pesticides, dont l’herbicide controversé Roundup fait l’objet de nombreuses procédures en justice aux États-Unis.  

Colorado parle de « l’époque terrible dans laquelle nous sommes, pas seulement comme pays, mais comme planète », décrypte Nils Lofgren, du Crazy Horse, groupe fétiche avec lequel l’artiste signe cet album.  

Son enregistrement, dans un « studio dans les nuages » à Telluride, à plus de 2500 m d’altitude, est documenté dans le film Mountaintop, dont la sortie est prévue mardi.