Source ID:5c61bbee6b753d3ea972322fd30997f0; App Source:StoryBuilder

Les guitares de Lou Reed résonnent à New York

Plus de cinq ans après sa mort, les... (PHOTO JOHANNES EISELE, AFP)

Agrandir

Plus de cinq ans après sa mort, les guitares de Lou Reed ont résonné mercredi sous la voûte majestueuse d'une cathédrale de New York.

PHOTO JOHANNES EISELE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Plus de cinq ans après sa mort, les guitares de Lou Reed ont résonné mercredi sous la voûte majestueuse d'une cathédrale de New York, la ville bien-aimée de ce grand nom du rock.

Sa veuve Laurie Anderson, elle-même musicienne reconnue, a fait entrer dans le choeur de l'immense cathédrale Saint-Jean le Théologien, au nord-ouest de Manhattan, les emblématiques «drones» - un assemblage guitare-ampli au son  particulier - de l'interprète de Walk on the Wild Side.

Lou Reed, connu pour son lyrisme et son goût pour les «volumes extrêmes», avait commencé à expérimenter ces «drones» lorsqu'il était le leader du célèbre groupe de rock The Velvet Underground.

«C'est un type de musique très complexe», a expliqué à l'AFP Laurie Anderson avant cette performance publique et gratuite. «C'est tellement bruyant que ça en devient relaxant. Cela monte en vous et vos défenses tombent. Et c'est un sentiment si agréable de nos jours».

Les «drones», accompagnés au départ par l'orgue de la cathédrale, ont bourdonné pendant cinq heures dans l'édifice, suffisamment long pour y coucher la statue de la Liberté.

La Bibliothèque publique de New York a fait acquisition des archives de l'artiste, décédé en octobre 2013 à l'âge de 71 ans, dont les oeuvres seront ainsi prochainement accessibles au plus grand nombre.

«Il n'aurait pas voulu d'archivistes» manipulant son héritage musical «avec des gants en latex», souligne sa veuve. «Tout le monde peut aller à la bibliothèque et écouter ce que Lou a fait».

Troisième femme du rockeur, avec lequel elle a partagé sa vie pendant plus de deux décennies, Laurie Anderson prépare également un livre sur le tai chi, art martial chinois que pratiquait son défunt mari.

Mais elle assure ne pas avoir l'intention de «rendre Lou éternel ou quoi que ce soit». «C'est déjà le cas, il est dans le coeur des gens qui aiment sa musique».

«Et puis ils oublieront et de nouvelles musiques arriveront», ajoute-t-elle. «Mais pour le moment, c'est une belle célébration (Lou Reed aurait eu 77 ans en ce mois de mars). J'aime les fêtes d'anniversaire. Le principal intéressé n'est pas là, mais son esprit nous accompagne».




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer