En hiver, plus rien ne pousse sur nos terres? La quatrième édition du festival Taverne Tour, qui grossit chaque année, prouve le contraire. Petit aperçu de l'événement qui transforme bars et tavernes du Plateau Mont-Royal en scènes hivernales pour plus d'une cinquantaine de groupes d'ici et d'ailleurs. Avec des découvertes à la pelle.

Mis à jour le 31 janv. 2019
SYLVAIN SARRAZIN LA PRESSE

Piqûre de rappel

Pour ceux qui ne connaissent pas le concept du Taverne Tour, des artistes locaux, du Canada ou des États-Unis, entre autres, sont invités à se produire dans un cadre original et intime, sous le signe de la découverte. L'esprit du Taverne Tour est de «sortir, faire la fête, s'approprier son quartier», selon la programmatrice et cofondatrice Marilyne Lacombe. Parmi les très nombreux invités, «on souhaite aussi présenter une dizaine d'artistes qui se sont illustrés au cours de l'année auprès du public québécois, mais qui sont plus habitués à jouer dans des grosses salles. On les met dans un contexte plus intime».

Le choix du chef

Pour faciliter les dilemmes déchirants, voici quelques morceaux choisis: le guitariste expérimental Yonatan Gat et les percussionnistes algonquins Eastern Medicine Singers promettent une potion musicale ensorcelante (le 2 février à la Sala Rossa); pour la soirée d'ouverture, Frigs, Guerilla Toss et Lonely Parade (ce soir, même salle) et les Torontois de Metz (demain, même salle) promettent de décaper les murs à coups de riffs. Pour du «psychotropical», il faudra embarquer avec Maï Taï Orchestra dans ses rythmes tikis. 

Côté local, Laura Sauvage, Les Deuxluxes, Kandle (déjà complet) et Lydia Képinski (complet aussi) se produiront dans divers bars du Plateau. Mais ce festival étant réputé pour regorger de découvertes à faire en flânant d'une taverne à l'autre, c'est l'occasion de se laisser tenter par des noms inconnus.

Et hop, on rajoute du hip-hop

Pour la toute première fois, le Taverne Tour, habituellement plus anglé rock et électro, injecte une dose de hip-hop à sa programmation. Random Recipe, qui compte dans ses rangs la rappeuse Fab, sera au Belmont, demain. Le 2 février, le duo Seba et Horg va lancer ses rimes et ses rythmes au Terminal. Le même soir, le Quai des brumes proposera une soirée complète sous le signe du hip-hop avec L'Amalgame, Jay Scott et Maestronautes.

Une extension laurentienne

Pour ce quatrième festival, le boulevard Saint-Laurent a son mot à dire, alors que la majorité des tavernes et bars participants est plutôt concentrée sur l'avenue du Mont-Royal. Trois salles de spectacles à la réputation établie, à savoir le Belmont, la Sala Rossa et la Casa del Popolo, ouvriront leurs portes aux artistes. «On voulait inclure ces salles de spectacles qui roulent à l'année, même si l'idée de départ reste de transformer des bars en salles de spectacles», explique Marilyne Lacombe.

Le fruit est mûr

Pour ce festival en pleine ascension, qui avait démarré avec 8 concerts la première année, la maturité est atteinte avec quelque 55 spectacles présentés cette fois. Une taille jugée critique par les organisateurs, qui préfèrent mettre le holà. «Le but, ce n'est pas non plus de devenir Pop Montréal et de présenter 450 shows», explique Marilyne Lacombe, qui n'exclut pas quelques ajouts, avec parcimonie, pour les futures éditions.

Consulter la programmation complète: http://www.tavernetour.ca/programmation-2019/