Étoiles confirmées, nouveaux venus sur le point de voir leur carrière exploser, perles cachées… Avec des dizaines et des dizaines de noms sur son impressionnante et alléchante affiche, le festival POP MTL célèbre dès aujourd’hui ses 18 ans comme il se doit : en grand. Survol de son immense programmation avec le directeur artistique, Dan Seligman.

Natalia Wysocka La Presse

Haviah Mighty

En 18 ans, POP MTL a déniché des perles rares et fait briller des étoiles avant le reste de la planète. La tradition se poursuit, alors que le festival présente Haviah Mighty. « Détail » (qui n’en est guère un) : la rappeuse torontoise vient de remporter le prix Polaris. Cette distinction — l’une des plus importantes au pays — lui a été remise pour son premier album solo, 13th Floor. Autre bon coup dont se réjouit le directeur artistique et cofondateur : avoir programmé la Britannique Tirzah. L’artiste, qui a sorti son premier long jeu, Devotion, sous étiquette Domino l’an dernier, arrive auréolée de mystère — et de notoriété nichée. « Elle propose une nouvelle approche de la pop R&B, et la production est géniale. » Absolument.

0:00
 
0:00
 

Haviah Mighty : au Picolo Rialto, le 27 septembre à 23 h 30.

Tirzah : au Rialto, le 26 septembre à 20 h.

Mavis Staples

PHOTO WILLY SANJUAN, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Mavis Staples lors d’un spectacle à Los Angeles, en mai dernier

Mavis Staples a peut-être 80 ans, mais elle habite la scène avec une volonté et une passion remarquables. La présence de la grande dame du gospel et de la soul s’inscrit d’ailleurs dans l’idée qui a toujours guidé l’esprit de POP. À savoir, présenter des pépites dissimulées autant que des vétérans confirmés. Cela dit, remarque Dan Seligman, il ne faut pas oublier que les artistes cultes des uns sont les découvertes des autres. Il cite en exemple l’Américaine Weyes Blood, qui vient de faire paraître son quatrième disque, Titanic Rising, sous étiquette Sub Pop. Un opus magnifique, véritablement, encensé par Pitchfork, le Rolling Stone et consort, mais encore peu connu du public. C’est ici qu’intervient POP et sa volonté de combiner « des créateurs acclamés et d’autres, encore plus obscurs, qui viennent de commencer ».

0:00
 
0:00
 

Mavis Staples : au Théâtre Rialto le 29 septembre à 19 h 50.

Weyes Blood : au Théâtre Rialto le 27 septembre à 20 h.

Nick Cave

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

Nick Cave lors de son passage au festival Osheaga, en 2014

Des légendes ayant marqué le festival, il y en a eu une trâlée. Parmi ses préférées, le cofondateur se souvient de la prestation du « Père du disco », Giorgio Moroder. Le disc-jokey italien avait fait résonner ses airs dans l’antre de l’église Saint-Jean-Baptiste. Vous direz ce que vous voudrez, Dan ne changera pas d’idée : c’était incroyable. « Il y a des spectateurs qui ont été déçus. Parce que ce n’était pas dans une discothèque ou, genre, à la SAT. Mais moi, voir une église remplie de gens en train de danser, j’ai trouvé ça génial. Surtout que Giorgio nous a confié avoir eu un plaisir fou. Quel honneur. » Parmi les concerts qui pourraient bien se retrouver dans la même lignée (mais sans danse cette fois), notons la « soirée de musique et de conversation » avec Nick Cave. Qui se tiendra dans le même lieu sacré. Ça s’annonce inoubliable. (Et apparemment complet à l’heure qu’il est.)

0:00
 
0:00
 

À l’église Saint-Jean-Baptiste le 27 septembre à 20 h.

Foxtrott

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

L’artiste électro montréalaise Foxtrott, alias Marie-Hélène Delorme

Non, Cooking Beats n’est pas un atelier de cuisine musicale. C’est plutôt une discussion organisée en collaboration avec la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN) durant laquelle un créateur jase de son métier en incorporant « quelques éléments de démonstration ». Cette année, ce sera au tour de l’artiste électro montréalaise Foxtrott, de son vrai nom Marie-Hélène Delorme, de présenter quelques secrets de production. Autres noms, de groupes cette fois, à ne pas interpréter de façon littérale : les psychédéliques Hot Garbage et le duo électro « post-punk, post-tout » Ice Cream. (Tous deux venus en direct de la Ville Reine.)

0:00
 
0:00
 

Cooking Beats avec Foxtrott : au Piccolo Rialto le 27 septembre à 16 h (gratuit).

Hot Garbage : à l’Esco le 26 septembre à 20 h 30.

Ice Cream : au Skatepark du Mile End le 27 septembre à 16 h (gratuit) et à l’Esco le même jour à 20 h 30.

Naya Ali

PHOTO CAROLINE GRÉGOIRE, ARCHIVES LE SOLEIL

La rappeuse Naya Ali

Le hip-hop d’ici est à l’honneur lors de cette édition. Dan Seligman se réjouit notamment de la présence de Naya Ali, dont il est fan. « Je l’ai vue passer d’artiste underground à artiste au buzz incroyable », remarque-t-il. Ainsi, après avoir joué dans les grands festivals cet été, Osheaga et cetera, la rappeuse de Notre-Dame-de-Grâce se produira deux fois plutôt qu’une à POP. D’abord, lors de la grande fête de lancement avec DJ Tess Roby. Puis, lors d’un concert gratuit, lui aussi, avec The Sainte-Catherines. au Skatepark du Mile End. Le cofondateur recommande également le concert de Jess Sah Bi & Peter One. « J’ai découvert leur album Our Garden Needs Its Flowers fait de folk country et musique roots africaine lors de sa réédition l’an dernier. »

0:00
 
0:00
 

Naya Ali : au Skatepark du Mile End le 25 septembre à 17 h et le 28 septembre à 12 h (gratuit).

Jess Sah Bi & Peter One : au Rialto Hall le 28 septembre à 21 h 30.

Consultez le site de POP MTL : https://popmontreal.com/fr/