La Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN) remettait hier à la TOHU ses prix annuels.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

L’auteur-compositeur-interprète et producteur Gilles Valiquette a reçu le prix Hommage, mais c’est surtout pour son travail de défenseur des droits des créateurs qu’il a été récompensé – il a entre autres été membre du C.A. de la SOCAN pendant 26 ans. On a par ailleurs remis à Diane Juster le prix Empreinte culturelle pour avoir composé le méga-tube de Ginette Reno Je ne suis qu’une chanson, et c’est le pianiste André Gagnon qui est le récipiendaire du prix Excellence.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

Jean Leloup, qui a livré une performance hier lors du gala, fait son entrée dans les Classiques de la SOCAN avec les chansons 1990, Isabelle et Cookie. De son côté, avec trois chansons qu’il a coécrites avec Richard Cocciante – Vivre, Belle et Le temps des cathédrales, de la comédie musicale Notre-Dame de Paris –, Luc Plamondon est le premier dans l’histoire de la SOCAN à avoir atteint le plateau des 40 classiques. Aussi parmi les nouveaux classiques : Drinking in L.A. de Bran Van 3000, Je ne t’aime plus de Mario Pelchat, Soul Pleureur de Dubmatique et E Uassiuian de Kashtin.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

Chaque année, la SOCAN souligne les pièces qui ont été les plus entendues avec le prix Chansons populaires. En 2018, ce fut le cas entre autres d’Au sommet de 2Frères (à droite, Érik Caouette). Celui qui écrit une grande partie des chansons du duo, Steve Marin (à gauche), a par ailleurs reçu
le prix de l’auteur-compositeur non interprète.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

Ici et ailleurs d’Andréanne A. Malette fait aussi partie des Chansons populaires de 2018, avec entre autres À hauteur d’homme de Vincent Vallières, Toutes les femmes savent danser de Loud, Fille de personne II d’Hubert Lenoir et Desert Song de Ludovick Bourgeois. Du côté anglophone, c’est Main Girl de Charlotte Cardin qui s'est démarquée.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

C’est FouKi, ex-æquo avec le groupe Alaclair Ensemble, qui a reçu le prix de la musique hip-hop/rap.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

L’afrofuturiste Afrotronix (Caleb Rimtobaye) a reçu le prix de la musique du monde, Marie Davidson,
qui faisait partie des 10 finalistes du Polaris, celui de la musique électronique, et Matt Lang, celui
de la musique country.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

Après le prix Hommage de l’ADISQ l’an dernier, Serge Fiori et la bande d’Harmonium ont été intronisés
au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens.