De nombreuses théories circulent depuis des décennies au sujet de la mort de Brian Jones, cofondateur des Rolling Stones, trouvé au fond de sa piscine dans la nuit du 2 juillet 1969.

La Presse

Une théorie persistante veut qu’il ait été victime d’un meurtre. Barbara Marion, la benjamine du regretté rockeur (dont elle n’a appris la paternité qu’en 2002), vient d’apporter de l’eau au moulin des tenants de cette opinion dans une entrevue accordée à Sky News à l’occasion des 50 ans de la mort du musicien.

« Je crois qu’il a été victime d’un meurtre et que la police n’a pas enquêté de la manière dont elle aurait dû le faire », a-t-elle affirmé, disant se baser sur ses « propres recherches » et sur son « intuition ».

Aux prises avec de graves problèmes d’alcool et de drogue, le premier leader du vénérable groupe est mort à l’âge de 27 ans, un mois après s’être fait montrer la porte par ses collègues. La police de Sussex a conclu à une mort accidentelle. — Frédéric Murphy