Hein Cooper, Australien adopté par le Québec et plus particulièrement par la maison de disques Indica depuis The Art of Escape (2016), a un talent indéniable : voix juste, timbre apaisant, registre large, charisme certain, curiosité des genres, qualité d’interprétation…

Charles-Éric Blais-Poulin Charles-Éric Blais-Poulin
La Presse

Ce deuxième album autobiographique, Underneath It All, ne dissimule pas ces atouts mais peine à renouveler notre attention de pièce en pièce.

Rien ne dépasse dans ce cocktail folk-pop introspectif et positif — défendu notamment par les compatriotes Xavier Rudd et Vance Joy —, où une pincée d’électro et de R&B offre parfois d’agréables soubresauts (Hijack, Invincible, Over Again).

Quelques clichés — « Je me sens invincible avec toi », « Si on ferme les yeux, on peut être n’importe où » (traduction libre) — et la linéarité de la réalisation font de ces 11 chansons une proposition prévisible. Ni médiocre ni mémorable.

IMAGE FOURNIE PAR INDICA

Underneath It All, de Hein Cooper

Au M2 (lounge du MTelus), les 5 et 6 juillet, 19 h.

★★★ Folk-pop. Underneath t All. Hein Cooper. Indica.