Difficile de trouver un groupe plus moderne que Nomadic Massive : multilingue, métissé, multicolore, mixte, engagé…

Charles-Éric Blais-Poulin Charles-Éric Blais-Poulin
La Presse

Le sextuor souffle 15 bougies avec un quatrième « long jeu » festif et foisonnant, Times. Avec toujours le hip-hop et Montréal comme épicentre, le collectif promet de faire trembler les pistes de danse grâce à des rythmes rapportés des quatre coins du monde : afrobeat, rara, soul, house, reggae, pop latine.

Si l’on reconnaît l’instrumentation chatoyante et organique de ces « massifs nomades », l’ajout de sons synthétiques et d’échantillons confère plus que jamais dynamisme et profondeur à l’ensemble.

La plus grande enjambée concerne les chants et les flows, alors que les six MC – Lou Piensa, Waahli, Meryem Saci, Tali, Ali Sepu et Butta Beats – maîtrisent impeccablement les changements de ton, de tempo et de styles.

IMAGE FOURNIE PAR LES FAUX-MONNAYEURS

Times, de Nomadic Massive

Question de s’enfarger dans les fleurs du tapis (de danse), soulignons seulement que les textes, qui abordent des enjeux cruciaux — dérives technologiques, crise environnementale, perte de repères —, gagneraient à cultiver plus de nuances et de non-dits.

★★★★ Rap fusion. Times. Nomadic Massive. Coop des Faux-Monnayeurs.