Source ID:5cc14e2f691e3015a1cd9a071d496282; App Source:StoryBuilder

Yo-Yo Ma ravit le public du métro Place-des-Arts

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
MORGAN LOWRIE
La Presse Canadienne
Montréal

Un musicien de rue au talent inhabituel a enchanté les couloirs de la station de métro Place-des-Arts, à Montréal, samedi. Le violoncelliste de renommée mondiale Yo-Yo Ma a ravi la foule rassemblée pour un bref concert gratuit d'une vingtaine de minutes.

Âgé de 63 ans, le virtuose a joué à la fois seul et accompagné de poètes locaux avant de conclure sa prestation en invitant le public à chanter avec lui les paroles de « la chanson qui, pour (lui), signifie Montréal » : Hallelujah, de Leonard Cohen.

L'événement, coorganisé par la société de divertissement Lembas Works, a été présenté comme un moyen « d'explorer les connexions et les déconnexions dans la vie contemporaine ».

Le violoncelliste sino-américain était assis sur une chaise de plastique et souriait en saluant la foule, alors qu'il jouait devant un écran noir et blanc.

Le public était assis au sol ou agenouillé dans une section délimitée par des cordons de sécurité sur le quai. Les usagers du métro continuaient leur va-et-vient à quelques pas seulement du musicien, encouragés à circuler par les autorités de la société de transport.

Des poètes ont été invités à lire leurs oeuvres sur les trames musicales du violoncelliste et d'autres sons préenregistrés, dont des chants d'oiseaux, agrémentaient la prestation. 

Parlant couramment français, Yo-Yo Ma a invité le public à contempler la musique et la manière dont elle interagit avec les sons urbains et ceux du métro au loin. 

« La musique du métro, tout ce qui est dans la ville, les cloches des églises qu'on a écoutées, tout ça nous unit », a-t-il mentionné en français à la foule. 

Il a fait un signe de tête à son entourage et a noté que le transport en commun, comme la musique, est une expérience unificatrice. 

Le concert du violoncelliste né à Paris faisait partie d'une « journée d'actions » visant à explorer le thème de la culture et de son rôle dans l'humanisation des technologies.

Les autres événements au programme de sa journée incluaient une discussion sur les effets de la musique sur le cerveau avec des chercheurs en intelligence artificielle et une projection de film explorant la manière dont la technologie et les médias peuvent accroître la place des voix autochtones au Canada. 

Parmi le public, Josiane Lefebvre et Anik Filion, qui ont toutes deux vu Yo-Yo Ma en concert en salle, ont souligné le caractère inusité de ce récital hors du cadre habituel. 

Anik Filion, elle-même violoncelliste amateure, estime que l'activité visait d'abord le grand public, ce qu'elle considère comme une bonne chose. 

« Ce que j'ai trouvé touchant, c'est qu'il y avait beaucoup d'enfants derrière lui, de nombreuses familles et même quelqu'un qui avait apporté son violoncelle », a-t-elle commenté. 

Josiane Lefebvre, qui enseigne la musique, a noté que d'entendre une pièce de Bach composée au XVIIe siècle dans un métro moderne résumait parfaitement bien le message d'interconnexion que voulait partager Yo-Yo Ma.




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer