Près de 15 ans ont passé depuis l'album No Angel de la chanteuse Dido. Un lent succès devenu monstre quand Eminem lui a demandé de remixer sa voix pour le tube Stan. Deux autres albums ont suivi avant que la chanteuse donne naissance à un petit garçon. La voilà de retour avec un disque intitulé The Girl Who Got Away. Vous saviez que Dido a vendu 40 % de ses albums au Québec?

Émilie Côté LA PRESSE

«C'est avec le rap que j'ai commencé, signale la chanteuse Dido. Pour beaucoup de gens, c'est surprenant, mais c'est de là que je viens.»

Cela explique pourquoi la chanteuse britannique a un penchant pour les duos avec les jeunes rappeurs. En 1999, Eminem lui a demandé d'utiliser sa chanson Thank You pour ce qui allait devenir le tube Stan.

Près de 15 ans plus tard, c'est Dido qui a demandé à Kendrick Lamar de collaborer avec elle. Résultat: le duo Let Us Move On, qui figure sur le quatrième album de Dido, The Girl Who Got Away, qui sera en magasin mardi. «Nous lui avons envoyé une track il y a un an. Et il est revenu avec un rap incroyable.»

Dido ne désorientera pas ses admirateurs avec ses nouvelles pièces. Son univers pop-rock conserve un parfum mélancolique. Les arrangements se permettent néanmoins des flirts avec plusieurs styles.

«Le son de chaque chanson est une référence aux musiques que j'aime: le folk, le dance, le dub, la pop d'ambiance... ambiant pop. Tout se tient car ce sont mes compositions, et c'est mon frère [Rollo Armstrong] qui signe la réalisation.»

Dido a également travaillé avec le réalisateur Greg Kurstin, qui a collaboré dans l'ombre de Santigold, P!nk, Kimbra et Tegan et Sara. En studio, «c'était relax et naturel», indique Dido.

Par rapport à ses débuts, l'auteure-compositrice-interprète se réjouit de voir que «la pression» a fait place à la «confiance». «Faire un album en ayant un enfant, ça change le rapport à tout», dit-elle.

Même si Dido vit dans un grand bonheur familial, elle est parfois prise d'un vague à l'âme qui inspire ses compositions. «J'aime la solitude associée à l'écriture des chansons, explique-t-elle. Je vis toujours des moments à la fois lumineux et sombres. La vie n'est pas coupée au carré.»

The Girl Who Got Away réunit 11 chansons, alors que Dido avait le choix parmi une trentaine de compositions. «J'ai toujours beaucoup de chansons», dit la chanteuse dont le mot d'ordre est «intégrité». «Je ne ferai jamais un album que je n'ai pas le goût de faire», dit-elle.

Au cours des dernières années, l'industrie a beaucoup changé. Dido se réjouit de la riche relève des chanteuses britanniques. Parmi les Florence Welch, Adele, Liane La Havas, elle cite en exemple Jessie Ware et Emeli Sandé.

«J'ai commencé ma carrière dans un autre monde, devant une foule différente, souligne-t-elle. Il y a des gens qui écoutaient ma musique au collège et qui ont grandi. Il y a aussi des plus jeunes dans mon public.»

Reste à voir si l'amour entre Dido et le Québec se poursuivra, elle qui a vendu 40 % de ses albums dans la Belle Province.

***

POP-ROCK

Dido

The Girl Who Got Away

En magasin mardi