Punkt : 26 février 2013 à la Place des ArtsConnaître le succès dès son premier disque a d'emblée permis à Pierre Lapointe d'envisager ses spectacles comme des projets artistiques à part entière avec une scénographie digne de ce nom ou des collaborations interdisciplinaires. Il ne se montre pas moins ambitieux pour le lancement de son album Punkt qui sera marqué par un concert en compagnie de la quarantaine de créateurs et interprètes qui ont collaboré à ses nouvelles chansons.

Mis à jour le 18 févr. 2013
Alexandre Vigneault LA PRESSE

«On est une gang à avoir travaillé là-dessus. La base, c'est Pierre Lapointe, mais 80% des chansons ce sont des arrangements et des musiciens. C'est ce qu'il y aura sur scène», annonce le principal intéressé, qui veut ainsi «rendre hommage» à ses deux précieux arrangeurs: Philippe Brault et Guido del Fabro. Pas d'effet «rocambolesque» au menu, que des chansons que le public découvrira pour la première fois.

La forêt des mal-aimés : Octobre 2004 au Corona

Il affiche son ambition dès ce premier spectacle, qui suit la parution de son disque homonyme. La scénographie est signé Geneviève Lizotte, une fidèle collaboratrice. «Avec ce show-là, je voulais m'approprier mon métier. Délimiter un terrain de jeu dans lequel je serais possiblement à l'aise, parce que je ne l'étais pas avant.»

Pépiphonique : Août 2005 au Théâtre Maisonneuve

Philippe Brault, Guido del Fabro et Nicolas Jobin (du Consort contemporain) réarrangent les chansons de Pierre Lapointe pour un concert spécial qui scelle une longue et étroite collaboration avec les FrancoFolies. «C'est la première fois que j'ai mis mon sceau sur quelque chose et que j'ai senti que les gens avaient compris où j'étais capable d'aller et où je voulais aller.»

Pierre Lapointe et l'Orchestre Métropolitain : Août 2007, scène principale des FrancoFolies

Le matériel de ses deux premiers disques reçoit un traitement symphonique dirigé par Yannick Nézet-Séguin. Concert événementiel qui fait l'objet d'un disque quelques mois plus tard. «Ça, je dirais que c'est le show du corps. C'est rough d'avoir 100 000 personnes en avant et 80 personnes en arrière. J'ai eu un buzz physique. [...] J'étais sur une des plus belles drogues au monde!»

Mutantès : Août 2008, salle Wilfrid-Pelletier

Troisième grand projet appuyé par les FrancoFolies: un spectacle un peu plus rock, avec une dizaine de danseurs, mis en scène par Claude Poissant et chorégraphié par Frédérick Gravel. «Un mot: MÉGALOMANIE», résume le principal intéressé.

Conte crépusculaire : Mai 2011 à la Galerie de l'UQAM

Installation vivante et musicale créée avec le scultpeur David Altmedj. «Ç'a été comme un master class. J'ai vu un maître travailler. [...] J'ai appris beaucoup, j'ai compris des choses sur moi et sur ce milieu-là. C'était de l'expérimentation pure.»