BRBR, une émission de TFO à découvrir

Melissa Hetu anime BRBR, une émission franco-ontarienne qui... (Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Melissa Hetu anime BRBR, une émission franco-ontarienne qui fait la part belle aux musiques émergentes. À l'arrière-plan: le groupe Plants & Animals.

Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Elle enfilait les tournages et les entrevues le week-end dernier pendant M pour Montréal; elle était aussi en ville quelques jours auparavant pour le GAMIQ. On l'a croisée plusieurs fois l'été dernier, que ce soit au FMEAT ou au Festival d'été de Québec. La Torontoise d'adoption Melissa Hetu anime l'une des seules (la seule?) émissions de télé francophones consacrées à la musique dite émergente.

BRBR (prononcer «barbare») est présentée sur les ondes de TFO, le réseau de télévision publique francophone de l'Ontario (qui a notamment révélé le trio intrépide et comique Les pieds dans la marge). «On essaie de créer une sorte de tribu réunissant les artistes et les mélomanes», explique Melissa Hetu.

L'animateur Joël Legendre a fait une mauvaise blague au dernier gala des Gémeaux en insinuant que peu de gens écoutent TFO, mais sachez que vous pouvez voir ses émissions sur le web si la chaîne n'est pas parmi vos choix câblés.

BRBR se veut davantage un carrefour de diffusion qu'une émission. Son site web est très complet et son équipe est active sur YouTube, Facebook, Twitter, etc. «Le mandat est de créer, sur plusieurs plateformes, un endroit pour promouvoir les artistes francophones, francophiles et canadiens émergents... Des artistes connus, d'autres moins connus, des artistes francophones et anglophones», explique Melissa Hetu.

Au menu pendant les 30 minutes de chaque émission: entrevues, critiques et performances «dans des endroits inusités». Par exemple, Karim Ouellet en marge du festival Osheaga, Peter Peter dans la forêt abitibienne, Obey The Brave dans un ring de boxe ou le groupe saskatchewanais The Deep Dark Woods dans un festival à Guelph.

Un total de 30 émissions sont au programme pour la saison 2012-2013. Disons que les six membres de l'équipe ne comptent pas leurs heures. Ils sont partout: en avion, à des spectacles, en tournage ou enfermés dans une salle de montage.

Dans le contexte de la disparition d'émissions comme Mange ta ville, BRBR vient combler un vide télévisuel en musique émergente. «On offre du contenu que peu de gens offrent et on présente des artistes qui n'ont pas de visibilité ailleurs à la télé, souligne Melissa Hetu. Ce n'est pas tout le monde qui peut passer à Belle et Bum et Tout le monde en parle

L'équipe de BRBR a des projets plein la tête et désire créer une sorte de branding. «On veut organiser des showcases et des événements... On a aussi un projet de radio.»

Melissa Hetu, 28 ans, a déjà un CV bien garni dans le domaine des communications et de la musique. Pourtant, c'est par une amère déception que la carrière de cette diplômée en journalisme de l'Université Concordia a commencé. Depuis son adolescence, Melissa rêvait de suivre les traces d'une jeune femme rousse comme elle: Abeille Gélinas. «Je rêvais d'être VJ à MusiquePlus, raconte-t-elle. Après l'université, j'ai fait des tests et je n'ai pas eu le job... J'étais super déprimée.»

La jeune femme est alors partie à l'étranger avec des groupes de métal et de ska comme directrice de tournée. Elle a également multiplié les boulots de pigiste pour décrocher un emploi à temps partiel chez l'étiquette de disque montréalaise Indica (Caracol, Xavier Caféïne et les Trois Accords à l'époque). «J'ai eu les bands anglos chez Indica (Phantogram, Cat Empire, Final Flash) et j'étais souvent à Toronto.»

À l'automne 2009, celle qui avait «toujours rêvé de vivre à L.A. ou à New York» a décidé d'ouvrir un bureau d'Indica à Toronto. Deux semaines après son déménagement, elle a rencontré un représentant de la chaîne musicale canadienne AUX.TV dans un spectacle du groupe Priestess. Melissa lui a parlé de son rêve de devenir animatrice, et ce dernier lui a offert un micro dans une émission consacrée à la musique émergente canadienne. «I made it», se réjouit alors Melissa Hetu.

L'émission n'a pas été renouvelée, mais Melissa Hetu bossait toujours pour Indica. Peu de temps après, c'est le réseau public franco-ontarien TFO qui a pris contact avec elle. D'abord pour l'émission Relief, puis pour une émission qu'il fallait conceptualiser de A à Z et qui allait devenir... BRBR.

Il ne vous reste plus qu'à découvrir l'émission à http://brbr.tfo.org et à suivre Melissa Hetu sur Twitter à @melsays.

En rafale

> Non seulement Dave Grohl assurera la batterie sur le prochain album de Queens of The Stone Age, mais il planche sur un documentaire intitulé Sound City - comme le mythique studio de Los Angeles où sont passés des groupes et artistes comme Tom Petty, Guns N' Roses, Fleetwood Mac et Metallica.

> Kanye West a remixé la chanson Diamonds de Rihanna. Le résultat est en ligne sur Soundcloud, à http://soundcloud.com/rihanna/diamonds-remix-f-kanye-west.

> À la suite de la sortie de son album Set Fire, Grimskunk sera en spectacle au Club Soda le 1er décembre.

Sorties de la semaine

Unapologetic, Rihanna

Îl, -M-

Rebel Soul, Kid Rock

Global Warming, Pitbull

Ma demeure (coffret)/Les classiques (CD), Richard Séguin

Vengeance, Benjamin Biolay




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer