Chris Isaak nous revient avec ses airs de crooner rock, ses habits flamboyants, sa coiffure vintage, son nez de boxeur, sa voix sortie tout droit d'une autre époque.

Alain Brunet LA PRESSE

Ses moments de gloire montréalaise remontent à plus d'un quart de siècle, d'accord, mais le chanteur californien a enregistré 11 d'albums depuis Wicked Games (1991).

Ce soir au Saint-Denis, il débarque une année après avoir lancé un album de reprises. Enregistré au mythique Sun Studio de Memphis, l'album double Beyond the Sun est constitué d'une majorité de titres d'Elvis, dont Can't Help Falling In Love et It's Now or Never.

On y trouve aussi Howlin' Wolf (Everybody's In The Mood), Carl Perkins (Dixie Fried), Roy Orbison (Oh, Pretty Woman), Warren Smith (So Long I'm Gone), Jimmy Wages (Miss Pearl), Jerry Lee Lewis (That Lucky Old Sun, Crazy Arms, Great Balls of Fire), Johnny Cash (Rings of Fire, I Walk The Line) et deux chansons de son cru (Live It Up, Lovely Loretta).

Épopée rock, en somme, avec un arôme fort de country. Une autre époque, on vous le répète!