Le chanteur français Johnny Hallyday n'a «nullement l'intention» de quitter son domicile de Gstaad en Suisse, a affirmé vendredi son entourage dans un communiqué, démentant des informations sur une possible réinstallation en France.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Jeudi, un journaliste de la radio française RTL avait affirmé que le chanteur lui avait confié son intention de revenir en France, en marge d'une interview.

«Johnny a décidé de rester en France, de ne plus retourner s'installer en permanence en Suisse. C'est en France qu'il est le plus heureux, il me l'a dit, et c'est en France qu'il paye donc ses impôts», avait déclaré le journaliste à l'antenne.

Dans un communiqué, l'entourage de Johnny Hallyday «dément les propos» tenus par le journaliste, affirmant que le rockeur «n'a nullement l'intention d'abandonner son domicile suisse de Gstaad».

À l'issue des représentations de la pièce «Le Paradis sur terre» qu'il joue actuellement sur la scène du Théâtre Édouard VII à Paris, le chanteur «se rendra dans sa résidence habituelle en Suisse pour les fêtes de fin d'année», précise le communiqué.

Johnny, qui connaît depuis plus de trente ans des démêlés avec le fisc français, s'était installé en 2007 en Suisse.

Le départ à Gstaad du chanteur, ami du président français Nicolas Sarkozy, avait provoqué des remous pendant la campagne présidentielle de 2007. La candidate socialiste Ségolène Royal avait estimé que le chanteur devait «donner l'exemple», M. Sarkozy affirmant qu'il y avait «un problème» de fiscalité en France qui fait fuir des Français parmi les plus fortunés.

Les avantages fiscaux dont bénéficient les riches étrangers résidents dans la Confédération helvétique ont depuis été supprimés dans le canton de Zurich et sont battus en brèche dans d'autres cantons suisses.