Marie-Ève Poupart, violoniste de 22 ans, a remporté la grande bourse de 25 000$ au 98e concours annuel du Prix d'Europe, qui réunissait 24 concurrents. Le dévoilement du palmarès a eu lieu samedi à la Cinquième Salle de la Place des Arts.

Mis à jour le 15 juin 2009
Claude Gingras LA PRESSE

Maxime McKinley, parmi quatre candidats, a reçu le prix Père-Fernand-Lindsay de composition, de 10 000$, qui sera décerné tous les deux ans à compter de cette année. Le prix John-Newmark de 4000$ est allé à Marc-Olivier Lamontagne, guitariste. Les autres prix ont été décernés à Justine Pelletier, Antoine Joubert et Benoit Gagnon, pianistes, Dominique Guilbault, violoniste, et Vincent Boilard, hautboïste.

 

Avec François Dompierre comme président d'honneur, la cérémonie de samedi comportait, selon la tradition, un court récital des trois principaux lauréats de l'an dernier: Valérie Milot, harpiste, Daniel Lanthier, hautboïste, et Annie Guénette, violoniste.

 

Élève de Johanne Arel au Conservatoire, Marie-Ève Poupart s'est déjà fait entendre comme soliste de l'orchestre de cette institution. Elle partira en août étudier pendant deux ans avec la violoniste Pamela Frank au réputé Peabody Institute de Baltimore. Elle joue sur un violon français de 1904 signé Collin-Mézin père.

 

Maxim Vengerov et Julia Fischer sont ses préférés chez les violonistes actuels, Heifetz et Oïstrakh chez les anciens. Pour ce qui a trait aux concertos pour violon, elle distingue entre ceux qu'elle aime entendre et ceux qu'elle aime jouer. Dans le premier cas: le premier de Chostakovitch. De la dizaine qu'elle a elle-même travaillés, elle mentionne celui, peu fréquenté, de Walton.