Pour sa première animation d’une Carte blanche Juste pour rire, Jean-Thomas Jobin compte sur une alliée inattendue, la drag-queen Rita Baga. Sur scène, leurs univers cohabiteront et s’entremêleront. Une rencontre entre « l’absurdité et la flamboyance » qui promet de surprendre. À quelques jours du gala de vendredi, La Presse s’est entretenue avec Jean-Thomas Jobin pour en savoir plus.

Marissa Groguhé
Marissa Groguhé La Presse

Jean-Thomas Jobin et Rita Baga. Rita Baga et Jean-Thomas Jobin. Ce duo que tout sépare (en apparence) forme un tandem d’animateurs qu’on n’avait pas vu venir. S’ils étaient dans des alliances opposées dans la maison de l’émission Big Brother Célébrités, où ils ont fait connaissance, ils seront partenaires sur scène vendredi.

Comment en sont-ils arrivé là ? C’est Juste pour rire, d’abord, qui leur a proposé l’idée, explique Jean-Thomas Jobin. « Ils en ont parlé à Rita quand j’étais encore [à Big Brother], dit-il. Quand je suis sorti, ils m’ont demandé si ça me tentait. J’aime les expériences artistiques un peu atypiques et surprenantes, qui me sortent de ma zone de confort un peu. J’ai dit oui et je suis très content ! »

Ce qu’il faut savoir, c’est que Jean-Thomas et Rita s’entendaient très bien à Big Brother. « Dans la maison, surtout le volet Jean-François [Guevremont, dont l’alter ego est Rita Baga], c’était la personnalité la plus proche de moi : tranquille, un peu ironique, qui ne parle pas trop », dit l’humoriste.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Rita Baga

Les deux artistes étaient complices. Mais de là à collaborer sur l’animation d’un gala (en fait deux, puisque la soirée est divisée en deux spectacles) ? « L’humour et la drag, c’est deux mondes, mais il y a une parenté d’esprit, dans le sens que c’est des arts de la scène et qu’il y a ce côté personnage, affirme Jean-Thomas Jobin. Moi, particulièrement, même si ça s’est atténué au fil des années, je suis quand même un personnage sur scène. »

Et puis, les propositions — « l’absurdité, le cerveau champ gauche et l’extravagance, la flamboyance » – sont toutes deux « atypiques », un lieu commun en soi, relève-t-il aussi.

Apprendre l’un de l’autre

Plus Jean-Thomas Jobin nous en parle, moins cette rencontre nous semble saugrenue. Ceux qui ont déjà vu Rita Baga sur scène savent également qu’elle ne manque jamais d’humour. Les points communs se révèlent, mais la singularité de cette association reste son grand atout, ne serait-ce que parce qu’elle pique forcément la curiosité.

Quand est venu le temps de monter les numéros d’animation, les artistes se sont complétés. « J’essaie de trouver des pistes pour l’aider sur le plan du rythme, parce que les dialogues, c’est beaucoup dans le rythme, c’est presque de la mathématique parfois pour déclencher un rire », cite par exemple Jean-Thomas Jobin. « Rita a un énorme charisme sur scène, alors moi, j’essaie aussi de m’inspirer de ça », ajoute-t-il.

Elle a une aisance, les gens sont captifs quand elle est présente, c’est hyper nourrissant pour moi, qui ai une personnalité sur scène un peu plus en retenue.

Jean Thomas Jobin

Le duo a aussi engagé deux auteurs pour lui donner un coup de main, soit Pierre-Michel Tremblay, le script-éditeur de Jean-Thomas Jobin, et Justine Philie, qui travaille régulièrement avec Rita Baga et qui « a sa mélodie en tête, qui sait le type de mots qu’elle utilise ».

Ne rien forcer

Si la proposition est arrivée dès sa sortie de la maison de Big Brother et qu’il a dû y répondre rapidement, Jean-Thomas Jobin s’est permis un moment d’arrêt avant de se lancer dans la composition des numéros. « Je voulais me laisser le temps de revenir à la réalité, dit-il. C’est une expérience assez déphasante. Et quand tu n’as pas écrit depuis longtemps, avec la COVID-19, après avoir été dans une maison pendant 13 semaines, tes repères humoristiques… tu ne sais même plus si tu te trouves drôle ! »

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Jean-Thomas Jobin

Rita Baga et lui ont pu roder une partie de leur matériel. En solo, il a présenté quelques performances. Ce retour sous les projecteurs de la scène requiert de « réapprivoiser » son travail, mais « ça se passe bien ». « J’essaie d’y aller tranquillement », dit Jean-Thomas Jobin. Il sait que sa victoire à Big Brother a créé un engouement. Il sait qu’il pourrait surfer sur la vague. Mais il n’a aucune intention de forcer les choses et encore moins de présenter un spectacle qui ne serait pas vraiment prêt.

« Personnellement, mon troisième show, c’était mon préféré, celui dont je suis le plus fier. Si je suis pour en sortir un quatrième, je voudrais que ce soit au moins de valeur égale. Je veux attendre d’être prêt, d’avoir quelque chose à dire ou d’avoir l’impression de me surprendre avant de sortir un show. »

Quant à d’éventuelles futures collaborations avec Rita Baga, Jean-Thomas Jobin n’exclut pas que ça se produise, surtout si la soirée de vendredi se passe bien. Mais une chose à la fois ! « D’abord, on va se concentrer sur notre gala, faire de notre mieux et espérer que les gens s’amusent autant que nous, on s’amuse. »

Les galas de Jean-Thomas Jobin et de Rita Baga, avec comme invités Virginie Fortin, Mathieu Dufour, Mélanie Ganimé, Tranna Wintour, Alex Perron et beaucoup d’autres, se tiendront le 23 juillet, à 18 h et à 21 h 30, à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.