Quelle drôle d’année ! Qui aurait cru, après 15 ans d’absence, que le grand Yvon Deschamps ferait un retour virtuel sur scène ? Le célèbre monologuiste, père de tous les humoristes du Québec, avait donné rendez-vous à ses fans sur l’espace Yoop vendredi soir pour célébrer ses 85 ans, mais surtout amasser des fonds au profit de la Fondation Yvon Deschamps Centre-Sud. Parce que le plus beau cadeau d’anniversaire que les humoristes invités pouvaient faire à un artiste aussi engagé qu’Yvon Deschamps, « c’est aider Yvon à aider du monde ! », comme l’a si justement rappelé Laurent Paquin. Pari réussi puisque 325 000 $ en dons ont été récoltés !

Stéphanie Vallet Stéphanie Vallet
La Presse

C’est avec trois mois de retard, pandémie oblige, qu’Yvon Deschamps a célébré vendredi soir ses 85 ans, entouré de ses amis humoristes et de sa famille sur scène pendant un peu plus de 90 minutes.

L’hôte de la soirée n’a pas une seconde semblé décontenancé de se retrouver devant le public virtuel de l’espace Yoop. Il s’est même permis de blaguer avec quelques spectateurs dont les visages apparaissaient comme une mosaïque sur grand écran devant lui. « Pierrette est couchée. Mais c’est correct, Pierrette ! », a-t-il lancé à la blague à une dame confortablement installée dans le confort de son foyer.

Le mythique humoriste québécois n’a rien perdu de son aisance sur scène ! Il a même offert pour l’occasion aux 15 000 spectateurs virtuels un petit voyage dans le temps grâce à un numéro au sujet de sa « mémère » dodue.

« La plupart d’entre vous n’étiez pas nés quand j’ai commencé », a-t-il précisé avant de se lancer dans un monologue inspiré d’un personnage créé il y a maintenant 50 ans. « C’est un monde complètement différent », a dit Yvon Deschamps, maître de l’ironie qui n’a jamais eu peur de bousculer, de choquer pour mieux dénoncer des attitudes intolérantes comme le racisme, l’homophobie ou le machisme.

PHOTO FRANCINE DUQUETTE, FOURNIE PAR L’ESPACE YOOP

Yvon Deschamps et Judi Richards, lors du spectacle Bon 85e Yvon !

On aurait d’ailleurs beaucoup aimé revivre pour un instant l’un de ses mythiques monologues. Mais il faut reconnaître que le grand monologuiste a conservé toute sa répartie et son sens du punch. Il l’a prouvé vers la fin de la soirée en offrant quelques lignes sur la vieillesse et les pertes de mémoire.

« Je trouve que nous autres, les personnes âgées, on est discriminées. Dès qu’on ne se souvient pas de quelque chose, on pense qu’on est alzheimer ! », a-t-il lancé, avant de comparer le cerveau humain à un ordinateur. « Si tu veux rentrer de nouvelles affaires, tu dois en sortir des vieilles. Ce n’est pas une perte de mémoire », a-t-il blagué, ne ratant pas l’occasion par la suite d’écorcher les CHSLD. « Je suis allé rendre visite à mon oncle. Ça fait longtemps ! C’était dans le temps qu’on s’occupait du monde dans les CHSLD ! », a-t-il décoché.

De nombreux artistes (dont Jean-Pierre Ferland, Gilles Vigneault, Clémence DesRochers, Ginette Reno et Michel Rivard) ont offert leurs souhaits d’anniversaire dans de courts messages vidéo diffusés tout au long de la soirée. Laurent Paquin, Maude Landry, Mario Jean, Pierre Hébert, Martin Petit, François Bellefeuille et Rosalie Vaillancourt se sont quant à eux succédé sur scène.

Mention spéciale à Rosalie Vaillancourt qui a particulièrement brillé lors de cette soirée.

Humoriste ? C’est pas un vrai métier. C’est Yvon Deschamps qui a inventé ça. D’ailleurs, mes parents vous en veulent en crisse !

L’humoriste Rosalie Vaillancourt, dans son numéro

La fin de soirée a été particulièrement touchante, alors que la conjointe d’Yvon Deschamps, Judi Richards, et leurs trois filles lui ont rendu hommage en chantant des extraits de leurs monologues préférés. Un beau moment qui a permis de rappeler la sensibilité des textes d’Yvon Deschamps qui a aussi su adopter un registre plus léger au cours de sa carrière, comme s’est plu à le démontrer sa fille Sarah-Émilie en chantant Les fesses.

« On est privilégiés d’avoir un grand philosophe comme toi », a-t-elle confié à son père avant de souligner à quel point ses personnages avaient pu faire avancer le Québec grâce à son légendaire second degré.

PHOTO FRANCINE DUQUETTE, FOURNIE PAR L’ESPACE YOOP

L’humoriste Martin Matte

C’est nul autre que Martin Matte qui a apporté son gâteau de fête à Yvon Deschamps tout en lui offrant un savoureux « bien cuit ». « Pour être le prochain Yvon Deschamps, il faut que l’ancien disparaisse », a blagué Martin Matte avant d’ajouter : « Tu es un des plus beaux êtres humains que j’ai rencontrés. »

Extrêmement ému par toutes ces démonstrations d’affection, Yvon Deschamps n’a pas perdu de vue une seule seconde qu’il était avant tout là vendredi soir pour la bonne cause. En soufflant ses 85 bougies, il était naturel pour lui de faire le souhait suivant :

« Je vous souhaite de la santé, du bonheur, beaucoup d’argent et que vous nous le donniez ! », a conclu à la blague le mythique humoriste.

Bon 85e Yvon ! est offert sur l’espace Yoop jusqu’à 19 h ce samedi soir.

Pour obtenir plus d’informations