Pour la première fois de sa carrière, Patrick Lagacé arrivera au travail avec sa boîte à lunch, lundi prochain. Le nouvel animateur de la radio parlée numéro 1 à Montréal entrera dans les bureaux de Cogeco, Place Bonaventure, pour animer l’émission du retour à la maison. « Je dois gérer un choc culturel », confie notre collègue, qui a l’habitude du multitâche… mais pas celle du 9 à 5 : « Je n’ai jamais eu d’horaire, et là, je dois apprendre à préparer chaque journée. » Il nous a même promis de mettre une photo de sa boîte à lunch sur Instagram…

Luc Boulanger Luc Boulanger
La Presse

Lagacé pilotera ainsi l’émission d’après-midi que Paul Houde a menée avec un succès retentissant durant 12 ans et près de 2500 émissions quotidiennes. (Ce dernier est désormais à l’antenne du 98,5 FM le week-end.)

Alors, sent-il la pression d’exceller pour rester numéro 1 ?

C’est sûr que je ne veux pas perdre de parts de marché. Mais il n’y a pas de situation idéale. Numéro 1 ou pas, je contrôle ce que je peux contrôler. Ce que je peux faire, c’est une bonne émission avec de la rigueur et dans la bonne humeur.

Patrick Lagacé

Pour cela, l’animateur peut compter sur une solide équipe de chroniqueurs qui connaissent bien le 98,5 FM et l’émission. « Des collaborateurs comme Philippe Cantin aux sports, Pierre-Yves McSween à l’économie ou Catherine Beauchamp aux arts et spectacles sont tous passionnés par le métier. Ils ont le sourire dans la voix. Ça va m’aider à me sentir moins seul à la barre. »

Une drogue dure

À côté du studio où Patrick Lagacé anime Le Québec maintenant, il y a un petit salon. Sur l’un de ses murs se trouve cette inscription du regretté chroniqueur politique Jean Lapierre : « Salut, salut ! » L’homme a laissé ici un précieux et impérissable souvenir. D’ailleurs, en arpentant les corridors de Cogeco Média, un labyrinthe de bureaux et de studios qui loge les stations de l’enseigne montréalaise, il y a un air de respect pour ce beau et vieux métier : la radio. Au Québec, de Michel Jasmin à Paul Arcand, de Suzanne Lévesque à Isabelle Maréchal, en passant par Jacques et Gilles Proulx ainsi que Pierre Pascau, la radio privée a cultivé et cultive encore son lot de vedettes du micro.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

« Je comprends maintenant les journalistes qui disent que la radio est une drogue dure, dit l’animateur de 47 ans. Ce métier a une histoire, une tradition. On a longtemps prédit sa mort. Or, la radio s’est adaptée et elle est plus vivante que jamais. »

Pas de plan de carrière

Lundi prochain, lorsque la lumière rouge de son micro s’allumera à 15 h, l’ex-collaborateur de Paul Houde et de Paul Arcand aura un pincement au cœur en pensant à ses débuts en journalisme, à 23 ans, à l’hebdo Le Carillon de Hawkesbury. (À l’époque, on lui avait, diantre !, refusé le stage à La Presse.)

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Patrick Lagacé, Rafaël Jacob et Luc Ferrandez

Journaliste à l’écrit puis à la télévision depuis plus de 20 ans, Patrick Lagacé affirme n’avoir jamais rêvé de devenir animateur avant qu’on s’intéresse à lui. « Mon seul et unique plan de carrière, c’était de devenir chroniqueur dans un journal. Adolescent, je lisais avec envie les chroniques sportives de Bertrand Raymond et Réjean Tremblay. Plus tard, j’ai commencé à lire Pierre Foglia, Louise Cousineau à La Presse, et Richard Martineau à Voir. Ils ont été mes mentors. »

Quel sera son style, son ton radiophonique ? 

Je vais adopter le ton qui s’impose selon le sujet traité. Je vais doser mon humeur. Je ne vais pas me fâcher pour me fâcher en ondes.

Patrick Lagacé

L’animateur n’a pas encore commencé que des internautes critiquent déjà le choix de la direction de Cogeco, estimant que le 98,5 FM prend un virage à gauche. En plus de Lagacé, la direction a embauché les chroniqueurs Luc Ferrandez et Alexandre Taillefer. « Il y a des gens qui me trouvent trop à gauche, d’autres, trop à droite, trop ci et trop ça. L’autre jour, j’ai répondu à quelqu’un qui jugeait ma position politique. Je lui ai demandé par rapport à qui, à quel parti, à quel programme j’étais à gauche… Il a supprimé son commentaire. »

Avec le temps, celui qui a été tour à tour chroniqueur au Journal de Montréal puis à La Presse a appris à se faire une carapace face aux enragés du web. « Ça remonte au temps où j’étais arbitre au soccer, se souvient-il. Je me faisais engueuler et crier des bêtises à chaque match par les parents des enfants. J’ai vite compris qu’il ne faut pas en faire une affaire personnelle. »

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Le producteur Patrick Bégin et Patrick Lagacé

Le journaliste applique aussi cette philosophie en dehors du terrain. Celui qui a signé l’un des premiers blogues dans un média de masse au Québec (Canoë) souhaite ne pas se faire impressionner par les critiques vicieuses et les commentaires au vitriol dans les médias sociaux. « Ils sont le fait d’une frange très minoritaire, je dirais 1,5 % de la population, estime-t-il. Peu importe ce qu’on écrit ou ce qu’on dit, ces gens-là se lèvent le matin pour nous haïr et sont toujours enragés ! »

L’avis de Paul Arcand

Dans un couloir, on attrape au vol le roi des ondes, qui termine sa journée. Comment Paul Arcand voit-il l’arrivée de Lagacé à l’animation ?

Ça fait un bout de temps qu’on se parlait, Patrick et moi. Chroniqueur et animateur, c’est deux choses, deux métiers très différents. Mais Patrick a le profil et les qualités pour animer : la curiosité, la rigueur, le travail, la discipline…

Paul Arcand

Le journaliste sportif Philippe Cantin apprécie lui aussi l’arrivée de son collègue de La Presse à la barre de Québec maintenant. « La radio est un média sans filet et Patrick carbure à l’adrénaline. »

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Le producteur Patrick Bégin, Philippe Cantin et Patrick Lagacé

Parmi les autres collaborateurs de l’émission, on retrouvera des voix familières du 98,5 FM : Martin McGuire à la couverture du hockey et du Canadien de Montréal ; les critiques Richard Therrien et Thérèse Parisien, qui seront les deux « accros de la télé » ; Catherine Beauchamp, qui restera en mode showbiz ; et Rafael Jacob, qui sera l’expert en politique américaine. La verte recrue Luc Ferrandez passera ses journées à la Place Bonaventure. Après la matinale d’Arcand, il sera avec Lagacé en après-midi pour commenter l’actualité à chaud.

Avec cette équipe, Patrick Lagacé fera tout en son pouvoir pour nous dire ce qu’on doit savoir au Québec, maintenant.

Le Québec maintenant, de 15 h à 18 h 30 au 98,5 FM, dès lundi prochain

À lire également : Patrick Masbourian : la curiosité du monde