La comédienne Marianne Farley s'envolera sous peu pour Igloovik, au Nunavut, en vue du tournage du nouveau film de Marie-Hélène Cousineau intitulé Uvanga.

André Duchesne LA PRESSE

Seule comédienne blanche du long métrage, Mme Farley y interprétera Anna, une femme de 40 ans qui amène son fils de 13 ans, né d'une liaison avec un Inuit, découvrir le village paternel et la famille de son père décédé. Pour l'adolescent, qui a toujours vécu au sud avec sa mère, il s'agira de la découverte d'un monde qu'il ne connaît pas. Il vivra de grandes émotions en plus de se sentir désorienté par la lumière arctique, constamment présente durant l'été.

Une aventure

«C'est toute une aventure qui, au départ, me faisait peur et m'attirait en même temps, a indiqué la comédienne en entrevue téléphonique. C'est rare d'avoir la chance d'être plongée dans un univers aussi différent. Igloolik est à six heures d'avion de Montréal, et nous vivrons effectivement avec cette lumière constamment présente.»

Le village d'un millier d'âmes est installé dans l'île du même nom, en plein passage du Nord-Ouest, pas très loin de la Terre de Baffin.

La réalisatrice Marie-Hélène Cousineau a mis les pieds au Nunavut pour la première fois en 1991 (alors qu'il faisait encore partie des Territoires du Nord-Ouest). Elle est tombée amoureuse de cette région et s'y est installée. À Igloolik, elle a fondé un centre de production, Arnait Video, et a produit et dirigé une vingtaine de films. En 2009, elle réalisait son premier long métrage de fiction, Le jour avant le lendemain. Mettant en vedette des comédiens inuits, dont Madeline Ivalu, coréalisatrice, le film avait obtenu quatre nominations aux Jutra et neuf aux prix Génie.

Uvanga, qui signifie «moi-même» en inuktitut, sera donc son deuxième film de fiction. À l'exception de Marianne Farley, tous les autres comédiens seront de la communauté.

Heureuse de travailler avec une réalisatrice, Marianne Farley s'enthousiasme à l'idée de participer à un film d'auteur. «Dans ce genre de cinéma, c'est le jeu qui prime. Nous ne serons pas dans un film esthétique, plutôt une oeuvre lente et intérieure», croit-elle.

Comment voit-elle son personnage d'Anna? Elle pourra davantage le creuser une fois sur place, répond-elle, mais déjà, elle s'attend à ce qu'Anna soit une femme forte. «Elle est professeure dans une école secondaire et je la vois comme une personne structurée, dit-elle. Par ailleurs, elle arrive dans une phase de sa vie où elle se pose toutes sortes de questions. Elle est à la recherche d'une paix intérieure.»

La comédienne doit passer un mois et demi à Igloolik. Marie-Hélène Cousineau et le producteur Stéphane Rituit sont déjà sur place. Le premier jour de tournage est le 9 juillet.

Au cours des dernières années, on a vu Mme Farley dans les téléséries Les rescapés et Nos étés, ainsi que dans le film Snow and Ashes. À l'automne, on la verra dans le film suédois Imaginaerum, coproduit avec Caramel Films.

Le film Uvanga sortira en 2013. Il sera distribué par Métropole Films au Québec et par Mongrel Media dans le reste du Canada.