Un analyste a évoqué mardi un « décalage frappant » entre l’évaluation boursière du producteur montréalais de métaux spéciaux 5N Plus et sa véritable valeur, un commentaire qui a semblé dégourdir les investisseurs.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

L’action de 5N Plus s’est appréciée de 13 % mardi pour clôturer à 4,01 $ à la Bourse de Toronto dans le plus fort volume d’échanges sur le titre cette année. Ce bond a fait passer la capitalisation boursière de l’entreprise au-dessus de la barre des 300 millions de dollars.

En recommandant chaudement l’achat de l’action de 5N Plus dans son tout premier rapport de recherche sur l’entreprise, Michael Glen, de la firme Raymond James, est devenu mardi le cinquième analyste à suivre officiellement les activités de l’entreprise.

Le titre fait l’unanimité sur Bay Street avec cinq recommandations d’achat.

« Dans un marché boursier ayant permis une expansion significative des multiples d’évaluation de titres technologiques et de semi-conducteurs, 5N Plus est une anomalie », souligne Michael Glen.

« Je suis étonné de constater à quel point le marché écarte toute approche raisonnable d’évaluation des fondamentaux du secteur matériaux technologiques de l’entreprise, un secteur hautement spécialisé pour les semi-conducteurs », précise-t-il.

« C’est un secteur novateur qui dégage des marges exceptionnelles, et qui est jugé par le gouvernement américain comme une source locale de produits critiques de matériaux semi-conducteurs usinés essentiels aux missions aérospatiales et aéronautiques. »

Selon Michael Glen, les investisseurs ont tort d’hésiter à reconnaître les efforts des gestionnaires dans leur stratégie visant à accélérer une transition vers des activités à plus grande valeur ajoutée (matériaux technologiques). « On peut clairement voir dans les plus récents résultats trimestriels l’impact de cette transition vers les produits à meilleures marges. »

Il voit une « véritable occasion » à profiter d’un titre « significativement » sous-évalué. Son cours cible sur 12 mois est fixé à 5 $.

Selon lui, les investisseurs doivent concentrer leur attention sur le secteur des matériaux technologiques, qui génère 70 % du bénéfice d’exploitation de 5N Plus. Ce secteur fournit une foule de produits différenciés, dit-il, pour des applications électroniques multiples comme les satellites, la sécurité, l’imagerie, l’infrarouge et l’énergie renouvelable, c’est-à-dire l’énergie solaire, ce qui donne à l’entreprise un côté ESG (environnemental, social et de gouvernance) attrayant.

La performance financière de fin d’exercice de 5N Plus est attendue le mois prochain.