(New York) La société de portefeuille Berkshire Hathaway du célèbre homme d’affaires Warren Buffett a racheté environ 5,1 milliards de dollars de ses propres actions au 2e trimestre au cours duquel les activités de l’entreprise ont souffert des conséquences de la pandémie de coronavirus.

Agence France-Presse

Le profit net de Berkshire a certes grimpé à 26,3 milliards de dollars, en forte hausse par rapport aux 14,1 milliards de dollars à la même période l’an dernier.

Mais les bénéfices avant intérêt et impôts du groupe, une mesure généralement considérée plus représentative de sa santé, sont tombés de plus de 10 %, à 5,5 milliards de dollars.

Les activités dans les secteurs ferroviaire et énergétique ont été plombées par le ralentissement de l’économie provoqué par la pandémie.

La société de portefeuille, propriétaire de nombreuses compagnies dans l’assurance, le luxe, les médias ou encore l’habillement, a également encaissé un coût d’environ 10 milliards de dollars en raison de la dépréciation de Precision Castparts, la plus grosse entreprise qu’elle détient dans le secteur manufacturier.

Le groupe, qui a d’importants investissements au sein de géants comme American Express, Apple, Bank of America ou encore Coca-Cola, a dit s’attendre à ce que la pandémie de coronavirus continue d’affecter ses opérations sans pour autant pouvoir prédire les conséquences exactes.

Parmi les risques susceptibles de peser sur Berskhire dans le futur, l’entreprise mentionne « la nature et la durée des restrictions ou de la fermeture de nos établissements à travers le monde ainsi que l’effet de long-terme sur la demande pour nos produits et services. »