Avoir plus de jeunes dans l’industrie agroalimentaire. Voilà l’objectif que s’est fixé le gouvernement fédéral en investissant 9,2 millions pour bonifier un programme d’aide qui permettra aux entreprises, notamment les agriculteurs, affectés par la pénurie de main-d’œuvre, d’embaucher davantage de travailleurs âgés de 15 à 30 ans et de créer 700 emplois. Une aide toutefois considérée comme « une goutte dans l’océan » par l’Union des producteurs agricoles (UPA).

Nathaëlle Morissette Nathaëlle Morissette
La Presse

« Ces fonds supplémentaires aideront le secteur agricole à attirer de jeunes Canadiens âgés de 15 à 30 ans dans ses exploitations et établissements pour remédier aux pénuries de personnel causées par la pandémie », pouvait-on lire dans le communiqué de presse émis mardi par Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Or, l’UPA considère que 700 emplois pour tout le Canada, c’est nettement insuffisant. « Les besoins sont beaucoup plus grands, estime Patrice Juneau, porte-parole de l’UPA. Des milliers d’agriculteurs d’un océan à l’autre essuieront des pertes majeures cette année, en raison de la pandémie. »

M. Juneau souligne que les producteurs agricoles ne sont pas les seuls à être éligibles à ce programme. Au bout du compte, ils risquent d’en bénéficier bien peu, selon lui. « Les demandeurs admissibles sont les producteurs, les agro-entreprises, les associations sectorielles, les gouvernements provinciaux et territoriaux, les organisations autochtones et les établissements de recherche », rappelle-t-il.