Source ID:; App Source:

Sans Airbus, la CSeries se dirigeait vers un échec dit Couillard

(Toulouse) Sans le partenariat avec le géant mondial de l'aéronautique Airbus, Bombardier se dirigeait vers un échec avec sa CSeries selon le premier ministre Philippe Couillard. L'entente avec Airbus ouvre des perspectives nouvelles pour les entreprises québécoises; Airbus a choisi Montréal pour tenir, en octobre prochain le congrès mondial de ses fournisseurs.

Pour Philippe Couillard, la transaction d'octobre dernier « est la seule issue qui permette d'avoir un avenir viable pour la CSeries ». La transaction avec Airbus « permet de donner un horizon de milliers d'appareils au lieu d'un horizon excessivement incertain » observe M. Couillard après sa visite des ateliers où Airbus assemble ses mégas transporteurs, A-380. « L'avenir de la CSeries, seulement avec Bombardier ne permettait pas d'affronter le marché mondial. On l'avait dit dès le début, c'était Boeing, Airbus ou les Chinois » a-t-il souligné. Airbus mettra toute sa force de vente, toute son infrastructure internationale au service de sa nouvelle ligne d'appareil entre 100 et 150 places.

Présent aux côtés de M. Couillard, le directeur d'approvisionnement d'Airbus, Klaus Richter, a rappelé que la société achetait déjà pour un milliard de dollars canadiens à des fournisseurs canadiens, et qu'avec la croissance des ventes attendues de la CSeries, ces résultats seraient augmentés. Avec cette entente, le Canada devient un cinquième pays ou Airbus détiendra des usines. M. Richter s'attend à ce que les coûts de production baissent avec l'augmentation des ventes. « C'est sauvetage du programme qui va se développer comme espéré. Airbus a pris un pari, il va falloir revoir avec les fournisseurs les coûts du programme. Aujourd'hui il y a un écart mais c'est un pari qu'on pense pouvoir gagner » de souligner M. Richter. « Aujourd'hui on a des prix qui sont contaminés par un très très petit volume » explique-t-il.

Plus tôt le patron d'Airbus, Tom Enders, avait indiqué que l'industrie prévoyait un volume de 6000 vente d'appareils entre 100 et 150 places dans les 20 prochaines années. Avec le décollage de la CSeries, Airbus croit pouvoir capturer une part importante de ce marché, de souligner M. Enders.

La transaction n'est pas encore finalisée, elle le sera cet été croit le patron d'Airbus. Les discussions entre Bombardier et Airbus sont très avancées mais il restera aux organismes de contrôle de la concurrence au Brésil, de se prononcer sur la validité de l'entente, de préciser M.  Richter.

Des fournisseurs rassurés

Vice-président aux Affaires gouvernementales de Bombardier, Pierre Sein Pyun s'inscrit en faux devant la perception qui veut que la firme québécoise ait « donné » la CSeries a Airbus. Depuis 2015, Bombardier avait indiqué qu'elle cherchait un partenaire pour son nouvel avion, l'accès au marché et au réseau international d'Airbus est un atout important pour l'entreprise québécoise, insiste-t-il.

La C-Series compte 300 commandes fermes; au total avec les lettres d'entente, on parle de 800 appareils. Mais on évalue le marché des appareils de cette taille à 6000 au cours des 20 prochaines années. Bombardier estime que la « valeur du programme » CSeries doublera, ce qui ouvre des perspectives intéressantes pour les fournisseurs québécois, indique-t-il. En outre avec la montée de la valeur des actions, Québec a déjà vu la valeur des options qu'il avait obtenues augmenter de 170 millions environ.

Gilles Labbé président de Héroux-Devtek fait la même lecture. « Je n'ai pas vu beaucoup de gens inquiets ici », observe-t-il au sortir d'une réunion ou se trouvaient les représentants d'une vingtaines d'industries dont les revenus viennent en partie de leurs ventes à Bombardier. Héroux-Devtek a déjà des relations d'affaires importantes avec Airbus comme fournisseur et est en processus d'acquérir une firme espagnole qui produira les trains d'atterissage des avions d'Airbus acquis par le Canada pour sa Garde côtière.

Parmi les entreprises du secteur aéronautique québécois représentées on retrouvait AéroMontréal, AlphaCasting, CAE, PCM innovaion, Placeteco, Sonaca, Techniprodec, et la firme d'informatique CGI.

L'industrie québécoise du numérique avait la même opportunité de contact avec l'industrie aéronautique française concentrée à Toulouse. Le premier ministre Couillard a rencontré les deux groupes tôt mardi matin pour entendre leurs attentes quant à l'appui du gouvernement du Québec.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer