Source ID:; App Source:

La vente de la société ferroviaire MMA retardée

En date de mercredi, l'agence n'avait reçu aucune... (Photo: Marco Campanozzi, Archives La Presse)

Agrandir

En date de mercredi, l'agence n'avait reçu aucune demande de certificat d'aptitude de la part de Central Maine and Quebec Railway (CMQR), le nom que devrait adopter MMA une fois la transaction officialisée. Un tel certificat est nécessaire pour opérer une voie ferrée au Canada.

Photo: Marco Campanozzi, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
PORTLAND, Maine

La vente de la société ferroviaire américaine responsable du déraillement qui a causé la mort de 47 personnes à Lac-Mégantic, en juillet dernier, a été retardée.

Des responsables d'un organisme de réglementation du Canada ont fait savoir à une firme d'investissement de New York qu'elle devait fournir d'autres documents avant de compléter l'achat de Montreal, Maine & Atlantic Railway, selon le Portland Press Herald. Le journal ajoute que la date de vente du 31 mars pourrait être repoussée de plusieurs mois.

Le groupe d'investisseurs, Railroad Acquisition Holdings, une filiale de Fortress Investment Group, a fait savoir qu'il avait anticipé le délai.

MMA a déclaré faillite après qu'un convoi comptant 72 wagons-citernes et laissé sans surveillance a traversé la ville de Lac-Mégantic, déraillé et explosé, détruisant 40 édifices dont un bar achalandé où plusieurs des victimes ont péri.

L'Office des transports du Canada et Transport Canada n'ont toujours pas approuvé la transaction, selon Robert Keach, qui a supervisé les activités de MMA pendant les procédures de faillite.

Le délai pourrait s'étendre pendant deux mois, mais tout dépend de la vitesse du processus d'application de la réglementation au Canada, a-t-il précisé.

«Le délai est considéré comme étant normal et, en fait, l'éventualité d'un tel délai avait été incluse dans la convention d'achat des biens», a expliqué M. Keach dans un courriel.

Jacqueline Bannister, porte-parole de l'Office des transports du Canada, a déclaré au journal que les régulateurs canadiens n'étaient pas à blâmer pour ce délai.

En date de mercredi, l'agence n'avait reçu aucune demande de certificat d'aptitude de la part de Central Maine and Quebec Railway (CMQR), le nom que devrait adopter MMA une fois la transaction officialisée. Un tel certificat est nécessaire pour opérer une voie ferrée au Canada, a indiqué Mme Bannister dans un courriel.

«Lorsque CMQR présentera une demande de certificat d'aptitude pour gérer une voie ferrée en vertu de la juridiction fédérale, l'agence étudiera la demande et rendra une décision, comme elle le fait pour de telles requêtes», a-t-elle ajouté.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer