L'avionneur américain Boeing a assuré samedi à Tokyo que les solutions techniques proposées et approuvées pour les batteries du 787 «Dreamliner» garantissaient la sûreté de l'appareil, bien que les causes premières des récents incidents demeurent inconnues.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous regrettons profondément l'impact (des problèmes de batteries) sur nos clients et sur les passagers des avions, particulièrement au Japon où tant d'exemplaires sont employés, mais nous pensons que nos solutions sont complètes et nous savons que l'avion est sûr», a déclaré l'ingénieur en chef du programme, Mike Sinnett, lors d'une conférence de presse à Tokyo.

Il s'exprimait au lendemain de l'octroi d'une autorisation de remise en exploitation aux États-Unis et au Japon, après trois mois d'interdiction de vol des Boeing 787, cloués au sol en raison de deux graves cas de surchauffe de batteries lithium-ion survenus mi-janvier.

«Même si nous ignorons les causes originelles (des problèmes) et même si nous ne les découvrons jamais, l'enceinte de la batterie préserve la sûreté de l'avion. Elle élimine la possibilité de feu, la chaleur et la fumée sont dégagées vers l'extérieur et l'avion est en sûreté, quoi qu'il arrive à la batterie et quelle qu'en soit la raison», a-t-il insisté.

M. Sinnett a précisé que Boeing avait identifié quelque 80 causes potentielles d'incidents et que toutes ont été prises en compte dans les solutions proposées, ce qu'ont selon lui reconnu les autorités américaines et japonaises.

Boeing a modifié la conception de la batterie et des équipements l'entourant pour minimiser les risques de surchauffe et court-circuit, ainsi que pour éviter qu'un éventuel problème ne contamine l'ensemble de la batterie et alentour.

Les huit cellules la constituant sont mieux isolées les unes des autres sur les plans électrique et thermique. La boîte dans laquelle sont enfermées ces cellules est aussi plus isolante. Les paramètres du chargeur sont changés pour réduire les risques liés par exemple à une décharge trop importante. Une enceinte nouvelle doit empêcher tout départ de feu. En cas de problème, l'électrolyte est censé couler dans l'enceinte de façon sûre tandis que les vapeurs et odeurs seront dégagées hors de l'appareil.

Les avions déjà livrés aux compagnies ont commencé d'être modifiés en ce sens et, à ce jour, «9 sont presque prêts». «Le premier sera terminé aujourd'hui», a encore indiqué M. Sinnett.

Les livraisons de 787, suspendues, vont aussi reprendre par la suite, avec des appareils intégrants les nouvelles batteries et systèmes afférents.

Il a précisé que Boeing avait dépêché 300 techniciens dans le monde pour mettre les 50 Boeing 787 déjà livrés en conformité.

Une partie de ces spécialistes sont au Japon, auprès des compagnies All Nippon Airways (ANA) et Japan Airlines (JAL) qui possèdent respectivement 17 et 7 B787.

«En plus de ces modifications, nous allons procéder à des contrôles et tests additionnels», a annoncé ANA, conformément à la demande du ministère nippon des Transports.

Ce dernier souhaite que les batteries soient examinées plus régulièrement et un dispositif de suivi spécifique installé sur tous les appareils.

Des vols d'essai seront aussi requis ainsi qu'un entraînement particulier des pilotes.

ANA va aussi mettre en place un site internet spécial d'information sur le 787 dans le but de rassurer les passagers, tout comme l'a fait sa compatriote JAL.

ANA, qui fut la première à employer le 787, prévoit un vol d'essai dimanche avec un premier avion modifié dans lequel embarqueront le PDG de la compagnie et le directeur de la branche aviation civile de Boeing, Ray Conner.