Héroux-Devtek (T.HRX) veut profiter de la tempête qui secoue le monde de l'aéronautique pour s'approprier de nouvelles parts de marché.

Marie Tison
Marie Tison LA PRESSE

«Nous pensons que nous pouvons aller chercher de nouveaux mandats et croître dans cet environnement difficile», a déclaré le président d'Héroux-Devtek Gilles Labbé en conférence téléphonique hier, à l'occasion de la divulgation des résultats de l'exercice 2008-2009.

En dépit du ralentissement du côté de l'aviation civile, le manufacturier de trains d'atterrissage et de structures pour l'industrie aéronautique a connu un très bon exercice, avec des revenus qui ont progressé de presque 10% pour atteindre 337,6 millions de dollars. Le bénéfice net a grimpé de 12% pour s'établir à près de 21,4 millions, soit 68 cents par action.

On sent cependant un certain essoufflement au quatrième trimestre : le bénéfice net est demeuré à peu près stationnaire à 6,4 millions.

Même si l'aviation civile pique du nez, la direction d'Héroux-Devtek voit poindre plusieurs occasions d'affaires.

«Les grands manufacturiers, les Boeing et les Bombardier de ce monde, ont entrepris de rationaliser leur chaîne d'approvisionnement, a indiqué M. Labbé. Il y a deux ans, tout le monde était très occupé, débordé, il y avait des problèmes au niveau de l'approvisionnement. Maintenant que c'est plus calme, les manufacturiers veulent en profiter pour faire affaires avec des partenaires stratégiques, avec des fournisseurs qui ont bien travaillé avec eux, comme nous.»

Il a affirmé qu'Héroux-Devtek avait plusieurs bonnes cartes dans son jeu et pourrait donc bénéficier de cette tendance.

«Nous avons une très bonne réputation auprès de nos clients, nous avons une très bonne performance en fait de qualité et de livraison, nous avons beaucoup investi en équipement et en recherche et développement au cours des dernières années et finalement, nos clients savent que notre bilan est solide et qu'aucune question ne se pose au sujet de notre capacité à demeurer en affaires, a-t-il énuméré. Nous sommes très occupés à préparer pour eux des soumissions pour du travail que nous n'effectuons pas présentement.»

Le problème, c'est qu'entre l'obtention d'un nouveau mandat et l'encaissement de nouveaux revenus, il peut se passer 6, 12 ou même 18 mois.

« ous sommes confiants, nous allons obtenir de nouveaux mandats et augmenter nos revenus, mais à court terme, ce sera un peu difficile», a déclaré M. Labbé. Il s'attend à des revenus plutôt stables pour l'exercice 2009-2010.

Héroux-Devtek a terminé l'exercice 2008-2009 avec des liquidités de près de 40 millions de dollars. L'entreprise examine la possibilité de procéder à des acquisitions pour élargir sa gamme de produits et de services. Il n'est cependant pas question de se hâter outre mesure.

«Les prix sont encore élevés, a indiqué M. Labbé. Nous allons être prudents. Lorsque nous passerons à l'action, la transaction sera rentable dès le départ.»

Héroux-Devtek est active dans le secteur aéronautique tant du côté civil que militaire, mais elle est également impliquée dans le marché des turbines à gaz et l'énergie éolienne. Cette division industrielle ne représente qu'un peu plus de 11 % des revenus de l'entreprise, mais elle est appelée à croître. À plus long terme.

«Le marché éolien est un marché très intéressant, mais les projets sont retardés en raison du resserrement du crédit», a déclaré M. Labbé.

Le titre d'Héroux-Devtek a perdu 13 cents pour clôturer à 4,26 $US hier à la Bourse de Toronto.