Agences de crédit: des données qui valent de l'or

Nom, adresse, numéro d'assurance sociale, nombre de cartes...

Agrandir

Nom, adresse, numéro d'assurance sociale, nombre de cartes de crédit, habitudes de remboursement... Véritables «datarazzis», les agences de crédit en savent long sur vous.

Votre dossier de crédit sert désormais à fixer vos primes d'assurance, à obtenir un emploi et même à vous envoyer de la publicité ciblée. Portrait de l'industrie méconnue des agences de crédit, qui gagnent une fortune en utilisant vos renseignements personnels comme matière première.

Nom, adresse, numéro d'assurance sociale, nombre de cartes de crédit, habitudes de remboursement... Véritables «datarazzis», les agences de crédit en savent long sur vous. Mais vous? Savez-vous tout ce qu'elles font de vos précieux renseignements financiers?

«Ces dernières années, l'offre de services des agences de crédit aux entreprises s'est largement diversifiée», constate Alexandre Plourde, avocat chez Option consommateurs, qui vient de préparer un rapport de recherche pour le compte du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada.

Au Canada, deux agences de crédit se séparent le marché: Equifax et TransUnion. À partir de l'information fournie par les institutions financières, elles bâtissent votre dossier de crédit, puis elles vous accordent un pointage qui varie entre 300 et 900 (le plus élevé étant le meilleur).

Avant de vous accorder un prêt, les institutions financières consultent votre dossier et votre pointage de crédit. Un mauvais bulletin peut vous coûter des dizaines de milliers de dollars.

Pour une hypothèque, par exemple, vous devrez payer 6,5% chez un prêteur alternatif, au lieu du taux de 2,9% sur cinq ans offert par les banques aux meilleurs clients, avance Denis Doucet, porte-parole de Multi-Prêts.

À cause de cet écart de taux, vous verserez 5000$ de plus par année pour rembourser une hypothèque de 200 000$ amortie sur 25 ans.

Multiplication des pointages

Mais les agences de crédit concoctent maintenant une dizaine d'autres scores destinés à des industries particulières.

Il existe des pointages pour jauger le risque de faillite d'ici 18 mois ou la probabilité d'omettre un paiement au cours des 24 prochains mois.

On retrouve aussi un pointage pour les dossiers «minces» qui permet de mieux définir le risque de crédit d'un individu qui a peu d'expérience de crédit, comme un étudiant ou un nouvel arrivant.

Faute d'information sur les antécédents de paiement, l'agence se rabat alors sur des critères comme le code postal, si bien que le pointage découle partiellement du quartier où habite le consommateur, ce qui est très discutable, estime Option consommateurs.

Conçu à l'origine pour obtenir du crédit, le dossier de crédit sert maintenant pour toutes sortes de raisons: montrer patte blanche à un futur employeur, louer un logement, établir la prime d'assurance auto ou habitation.

Cela pose un problème de discrimination pour les personnes démunies et les communautés culturelles, dont le pointage de crédit est moins élevé. L'utilisation du dossier de crédit à toutes les sauces peut alors créer une spirale de pauvreté: le consommateur qui a vécu des difficultés financières aura ensuite du mal à se trouver un emploi ou à se loger et il paiera plus cher pour ses assurances.

De plus, avec la multiplication des services des agences de crédit, une erreur dans le dossier de crédit peut avoir des répercussions dans une multitude de sphères de votre vie.

D'ailleurs, une étude de la Federal Trade Commission aux États-Unis a déjà démontré que le quart des dossiers de crédit contiennent des erreurs, et que 5% de celles-ci peuvent entraîner un impact négatif pour le consommateur.

Un outil de marketing

À l'ère du marketing ciblé, les agences puisent aussi dans votre dossier de crédit pour aider les entreprises à vous vendre des produits en fonction de votre profil.

«Légalement, elles ne peuvent pas vendre une liste de clients potentiels avec leur nom et leur numéro de téléphone, leur adresse et leur score de crédit, parce que les gens qui seraient sur cette liste n'ont pas fourni leur consentement», explique Me Plourde.

Alors, les agences fournissent des listes dépersonnalisées. Elles disent aux entreprises d'envoyer leur sollicitation postale dans un secteur, sur une rue ou à un code postal en particulier. Mais comme certains codes postaux comptent très peu d'adresses, la liste est parfois resserrée à une quinzaine de destinataires seulement.

Cette utilisation de vos renseignements personnels est-elle légitime? Les agences de crédit vont-elles trop loin? Les consommateurs y ont-ils donné leur consentement?

En théorie, «les consommateurs doivent fournir leur consentement libre et éclairé à la collecte de leurs renseignements personnels et être informés de l'utilisation que les agences de crédit vont en faire», explique Cynthia Chassigneux, avocate à la Commission d'accès à l'information du Québec.

Mais en pratique, les clauses sont trop vagues, soutient Option consommateurs, qui a épluché les contrats des banques. Son constat: écrites en petits caractères, cachées à la fin du contrat, les clauses permettent très mal de comprendre l'utilisation marketing qui sera faite des renseignements personnels.

«Les agences de crédit font beaucoup d'argent à partir de mes renseignements personnels et je ne peux même pas savoir quels services elles offrent à partir de mes renseignements, déplore Me Plourde. C'est troublant.

De nouveaux usages qui font tiquer

1. Établir votre prime d'assurance

Au Québec, les assureurs utilisent votre pointage de crédit pour fixer vos primes d'assurance auto et habitation. Comme cela désavantage les minorités visibles et les personnes plus démunies, plusieurs provinces interdisent cette pratique.

2. Décrocher un emploi

Aux États-Unis, près de la moitié des employeurs font une enquête de crédit avant d'embaucher un candidat, un procédé discriminatoire qui a été banni dans une dizaine d'États.

3. Publicité ciblée

Les agences de crédit fournissent aux entreprises des listes «dépersonnalisées» de clients potentiels, sans que les consommateurs soient bien informés qu'on utilise leurs données à cette fin.

4. Marketing croisé

Si une entreprise a obtenu le consentement préalable de sa clientèle, les agences de crédit peuvent lui fournir des noms précis de clients susceptibles d'être intéressés par de nouveaux produits, en se fondant sur leur dossier de crédit.

5. Identification

Le dossier de crédit sert aussi à vous identifier. L'objectif est louable: lutter contre la fraude. Mais le dossier de crédit n'est pas conçu pour cela, déplore Option consommateurs.

6. Consulter son dossier

Les agences envoient gratuitement par la poste le dossier de crédit aux consommateurs qui en font la demande. Mais pour connaître son pointage, il faut payer. Cette information névralgique devrait être gratuite, estime Option consommateurs.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer