Source ID:; App Source:

Le PDG de Goldman Sachs propose de moraliser les bonis

Le PDG de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein... (Reuters)

Agrandir

Le PDG de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein

Reuters

Agence France-Presse
Washington

Le PDG de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, a proposé mardi de moraliser le système d'attribution des primes aux cadres des sociétés financières, dont le montant choque l'opinion alors que l'économie américaine s'enfonce dans une crise profonde.

«Les employés doivent profiter quand la performance globale (de l'entreprise) est solide et ils doivent tous être impliqués quand la performance d'ensemble est faible», a souligné M. Blankfein dans une intervention tenue devant des investisseurs institutionnels.

La performance des salariés ne doit pas être considérée de manière individuelle et isolée du contexte, a-t-il dit, en une référence probable aux 165 millions de dollars de primes versées par l'assureur AIG à quelques cadres en dépit de ses pertes historiques de 99,3 milliards de dollars.

Pour M. Blankfein, une partie de ces rémunérations variables devrait être attribuée sous forme d'actions. Plus le boni est important, plus la proportions d'actions doit être importante. Pour les cadres supérieurs, «l'essentiel» des rémunérations variables devrait s'effectuer sous forme d'actions. «Seuls les employés les plus récents devraient pouvoir recevoir une part majoritaire de leur rémunération en numéraire», a-t-il dit.

Pour lui, la performance des salariés devrait être analysée sur une période de trois ans avec la possibilité pour l'entreprise de récupérer une partie des bonis versés en cas de prise de risque excessive.

Les cadres dirigeants ne devraient pas avoir la possibilité de vendre la plus grosse partie de leurs actions avant leur départ de la société.

Goldman Sachs est la banque d'affaires la plus prestigieuse de Wall Street et l'agilité de ses équipes lui a permis d'éviter trop de casse après le déclenchement de la crise et de dégager un profit au titre de l'année écoulée.

Dans ce même discours, M. Blankfein a souligné être toujours favorable à l'évaluation des actifs bancaires à leur valeur de marché, alors même que le régulateur de la profession comptable vient d'accepter de laisser un peu plus de latitude aux banques en ce domaine.

«Si plus d'institutions avaient correctement évalué leurs positions et leurs engagements dès le départ, ils auraient été dans une bien meilleure position pour réduire leur exposition», a-t-il fait valoir.

Le patron de Goldman Sachs a aussi estimé nécessaire de réguler tous les grands acteurs des marchés financiers, y compris les fonds d'investissement, comme l'a récemment préconisé le sommet du G20.

M. Blankfein a souligné que les mesures qu'il préconise étaient indispensables pour sauver le capital-risque «qui est au coeur du capitalisme de marché» (et dont son groupe est le plus éminent représentant).

«Les meilleures compagnies n'ont pas peur ou n'essaient pas égoïstement d'empêcher les initiatives pour améliorer les pratiques de la profession. Ces compagnies reconnaissent qu'elles sont les premières à bénéficier de meilleurs standards, surtout si leurs activités les amènent à traiter avec de nombreux partenaires ou contreparties», a ajouté le banquier d'affaires.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer