Le secteur bancaire américain dans son ensemble, banques commerciales et caisses d'épargnes confondues, a accusé fin 2008 sa première perte trimestrielle depuis 1990, à plus de 26 milliards de dollars, a annoncé jeudi le régulateur bancaire FDIC.

Mis à jour le 26 févr. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

Au quatrième trimestre 2007, alors que les États-Unis entraient en récession - décembre 2007, selon le chiffre officiel -, le secteur était toutefois parvenu à rester bénéficiaire avec 575 millions de dollars de bénéfices nets, selon le bilan trimestriel du régulateur.

Au cours des trois derniers mois de 2008, les banques américaines ont fait face à «une hausse des provisions associées aux crédits non honorés, aux pertes sur les marchés financiers et aux dépréciations d'actifs», est-il énuméré dans cette étude.

Sur l'ensemble de 2008, le secteur bancaire américain, laminé par la crise financière, est néanmoins resté bénéficiaire, alors que l'année a été marquée par l'explosion du nombre de faillites parmi les banques régionales et une consolidation parmi les établissements nationaux.

Le secteur a dégagé un bénéfice annuel global de 16,1 milliards de dollars, ce qui représente une chute de 84% environ par rapport à 2007 et constitue un plus bas depuis 1990, a souligné la FDIC.