La Banque Nationale (T.NA) révisera sa politique de rémunération de ses hauts dirigeants.

Mis à jour le 26 févr. 2009
Martin Vallières
Martin Vallières LA PRESSE

Désormais, la principale banque québécoise soumettra la paie de ses principaux patrons à un vote de ses actionnaires en assemblée annuelle.

Et même s'il s'agira que d'un vote consultatif, donc sans contrainte légale pour la banque, une telle consultation directe des actionnaires sur la rémunération des hauts dirigeants représente une première dans le milieu bancaire et parmi les grandes entreprises au Canada.

D'ailleurs, la Banque Nationale annonce cette révision à la veille de son assemblée annuelle, convoquée vendredi à Québec, durant laquelle des actionnaires mécontents prévoient intervenir au sujet de la rémunération de ses hauts dirigeants.

Par ailleurs, le président de la Banque Nationale, Louis Vachon, a décidé de remettre à des oeuvres de charité près de la moitié (40%) de son placement personnel de 2,5 millions de dollars en papiers commerciaux adossés (PCAA).

Comme plusieurs clients de la Banque, M. Vachon est en voie de récupérer ce placement en PCAA après la restructuration de ce marché de 32 milliards, qui était en crise depuis août 2007.

Mais la déduction «charitable» retenue par M. Vachon, à hauteur de 40%, est l'équivalent du taux de dépréciation subi par la Banque Nationale dans son propre portefeuille de 2,2 milliards en PCAA viciés.

Profits en baisse de 73%

Le profit net de la banque pour son dernier trimestre complété est de 69 millions de dollars, ou 36 cents par action, contre 255 millions, ou 1,58 $ par action, un an plus tôt.

Les résultats d'exploitation ont été supérieurs à ceux du premier trimestre de l'exercice précédent, a expliqué la banque, jeudi, soulignant toutefois que des charges attribuables à l'incidence du PCAA ont affecté le profit.

Le revenu trimestriel total de l'institution a également baissé, passant de 929 millions l'an dernier à 876 millions cette année.

Le rendement des capitaux propres attribuables aux détenteurs d'actions ordinaires est pour sa part passé de 22,9% au premier trimestre de 2008 à 4,6% cette année.