Source ID:; App Source:

Québec lance un ultimatum à l'industrie de la Construction

Les principaux points en litige tournent autour des... (PHOTO SIMON GIROUX, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les principaux points en litige tournent autour des salaires et des heures supplémentaires, ainsi qu'en ce qui concerne la conciliation travail-famille.

PHOTO SIMON GIROUX, ARCHIVES LA PRESSE

Les députés de l'Assemblée nationale seront appelés à se prononcer sur une loi spéciale, lundi matin, si les négociations entre l'Alliance syndicale et les parties patronales n'aboutissent pas d'ici là. Québec entend mettre un terme à la grève générale illimitée qui sévit dans le domaine de la construction depuis mercredi dernier.

Le porte-parole de l'Alliance syndicale, Michel Trépanier... (PHOTO SIMON GIROUX, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Le porte-parole de l'Alliance syndicale, Michel Trépanier

PHOTO SIMON GIROUX, ARCHIVES LA PRESSE

« J'invite les parties à négocier pour en arriver à une entente », a déclaré la ministre du Travail, Dominique Vien, lors d'un point de presse, samedi soir. « Chaque heure de ce conflit représente près de 2 millions de dollars en pertes pour l'économie québécoise. »

La ministre a convoqué les députés à 9 h 45, lundi matin. Ils prendront part au processus menant à l'adoption d'une loi spéciale pour forcer le retour au travail des travailleurs de la construction. La ministre a soulevé les pertes économiques importantes pour la province, soit 45 millions par jour, selon les estimations du gouvernement. La ministre a également rappelé que la négociation avait commencé à l'automne dernier.

Plainte en justice

Plus tôt en journée, l'Alliance syndicale a annoncé qu'elle déposera une plainte judiciaire, lundi matin, contre l'Association de la Construction du Québec (ACQ) et son négociateur, Dominic Proulx, pour négociation de mauvaise foi.

L'ACQ a déposé une offre, vendredi soir, à la table du secteur institutionnel-commercial et industriel. Ladite offre est considérée comme « arrogante » par l'Alliance syndicale, qui accuse la partie patronale de les « ramener en arrière de plusieurs semaines ».

« L'ACQ a MENTI aux négociateurs, aux médias et à la population en disant qu'ils retiraient leurs clauses sur la conciliation travail-famille. Le représentant de l'ACQ a dit qu'il allait prendre TOUS les moyens pour atteindre son but et qu'au pire il l'atteindrait par une loi spéciale  » a expliqué dans un communiqué Michel Trépanier, porte-parole de l'Alliance syndicale.

La partie patronale serait revenue sur les changements des horaires de travail, l'abolition de l'horaire de cinq jours consécutifs et le temps supplémentaire; des demandes qui, aux dires du syndicat, avaient préalablement été échangées contre l'inflation à la fin de la convention et le droit de rappel.

Poursuite des négociations

Le porte-parole de l'Alliance syndicale, Michel Trépanier, a confirmé samedi que les négociations se poursuivraient malgré tout.

La grève des 175 000 ouvriers de la construction du Québec en est samedi à sa quatrième journée consécutive. Elle concerne les ouvriers de la construction des secteurs résidentiels, génie civil et voirie, de même qu'institutionnel, commercial et industriel.

- Avec La Presse canadienne




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer